Themba Hadebe / The Associated Press

VOLGOGRAD, Russie — Sous un crescendo de huées et de sifflets tandis qu’aucune des deux équipes ne tentait de marquer, le Japon s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde en raison d’un nouveau bris d’égalité, celui du fair-play.

Les Japonais, qui n’ont pratiquement pas joué pendant les 15 dernières minutes du match, se sont inclinés 1-0 devant la Pologne à leur dernier match du groupe H en Coupe du monde, mais son nombre moins élevé de cartons jaunes lui a permis de se qualifier devant le Sénégal, qui a perdu 1-0 face à la Colombie, première avec six points.

Une fois que la Colombie s’était inscrite à la marque à Samra, le Japon savait qu’il en avait fait suffisamment pour se qualifier, même s’il tirait de l’arrière tard dans la rencontre. Les Japonais ont baissé leur niveau d’intensité au minimum, s’échangeant le ballon en triangle dans leur territoire pour écouler le temps.

«Ma décision a été de me fier à l’autre rencontre, a déclaré le sélectionneur nippon, Akira Nishino. Je n’en suis pas très fier, mais j’ai obligé mes joueurs à suivre mes directives. Et nous nous sommes qualifiés.

«Nous n’allions pas nous qualifier avec une victoire. (…) C’est un peu regrettable, mais je suppose qu’à ce stade-ci de la compétition, c’est la seule option qui me restait.»

Les Polonais ont à peine tenté de récupérer le ballon, contentés par cette première victoire après deux revers. Mais les spectateurs réunis au Volgograd Arena ont manifesté leur mécontentement par des huées et des sifflets.

Le Japon et le Sénégal ont tous deux quatre points, le même différentiel de buts et le même nombre de buts marqués. Instauré pour cette édition du tournoi, le bris d’égalité de fair-play a fait la différence: le Japon a obtenu quatre cartons jaunes en trois matchs, contre six pour le Sénégal.

C’est la première fois depuis 1982 qu’aucun pays africain n’atteint la ronde des 16.

«Je ne sais pas si cette règle est cruelle ou non, mais je ne peux demander à mes joueurs d’véiter les cartons jaunes, a laissé tomber le sélectionneur du Sénégal, Aliou Cissé. Les contacts sont inévitables quand vous jouez au football. C’est de cette façon qu’on doit jouer, mais ça a joué contre nous.»

La Pologne, déjà éliminée avant le début de ce duel, a failli s’inscrire à la marque dès la 32e minute, mais un bel arrêt d’Eiji Kawashima sur une tête de Kamil Grosicki l’en a empêchée. Elle l’a emporté grâce au but du défenseur Jan Bednarek à la 59e. Il a battu son couvreur au deuxième poteau avant de rediriger au vol un coup franc enroulé de Rafal Kurzawa.

Quand Bednarek a inscrit ce but, le Japon était alors menacé d’élimination. Mais le but de la Colombie dans la 74e minute de leur rencontre redonnait l’avantage aux Japonais.

À la 74e minute de leur duel, Robert Lewandowski a failli faire 2-0, un pointage qui aurait permis au Sénégal de se qualifier, mais ses efforts à la suite d’une vive contre-attaque se sont retrouvés au-dessus de la transversale.

Nishino avait effectué six changements à sa formation en vue de ce duel, les quatre marqueurs nippons se retrouvant tous sur le banc. Malgré cela, c’est le Japon qui a obtenu les meilleures occasions de marquer en première demie.

Le Japon, qui a atteint la phase éliminatoire dans trois des cinq dernières Coupes du monde, fera face au vainqueur du groupe G, décidé par le duel Angleterre-Belgique, présenté plus tard cet après-midi.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!