The Associated Press Geraint Thomas

LA ROSIÈRE, France — Si l’idée derrière une courte étape entièrement courue en montagnes au Tour de France était de créer une action constante, la 11e étape de mercredi a répondu aux attentes.

Le résultat, par contre, s’est avéré le même que lors des récents Tours: une domination de l’équipe Sky.

Le Britannique Geraint Thomas a fait coup double en remportant la première étape en altitude au Tour de France, s’adjugeant du même coup le maillot jaune de meneur, tandis que l’équipe Sky a poursuivi sa domination.

Le quadruple champion, Chris Froome, est maintenant deuxième à une minute et 25 secondes de Thomas, son coéquipier chez Sky.

«C’est une super position pour nous», a laissé tomber Froome.

Thomas, un Gallois, a mis moins de trois heures et demie à compléter l’étape de 108.5 km entre Albertville et La Rosière. Il a lancé une attaque à l’approche du quatrième et dernier col de cette éprouvante 11e étape et il s’est forgé une avance de 20 secondes sur Tom Dumoulin, qui est maintenant troisième au cumulatif à 1:44.

Froome a franchi le fil d’arrivée en troisième place, dans la roue de Dumoulin.

Greg Van Avermaet, qui portait le maillot jaune depuis que BMC avait remporté le contre-la-montre par équipes lors de la troisième étape, a décroché en milieu d’étape et il a terminé loin derrière.

Il s’agissait de la deuxième victoire d’étape de Thomas au Tour de France en carrière, après celle acquise lors du contre-la-montre individuel en lever de rideau de la compétition l’an dernier.

Froome tente d’obtenir un cinquième titre en carrière au Tour de France, ce qui lui permettrait de rejoindre à ce chapitre les légendaires Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain.

La principale question de ce Tour demeure d’ailleurs de savoir qui est le véritable meneur de l’équipe Sky. Thomas a été l’un des plus loyaux lieutenants de Froome au cours des dernières années et Sky l’a d’ailleurs identifié comme comeneur de l’équipe en vue de cette édition du Tour de France.

«C’est certain que c’est ‘Froomey’ le leader, a affirmé Thomas. Il a gagné six Grands Tours. De mon côté, c’est de l’inconnu. ‘Froomey’ sait comment gagner une course de trois semaines. Quant à moi, peu importe ce qui se passera, il s’agit d’un super Tour. ‘Froomey’ représente toujours notre meilleure chance de l’emporter. Il reste encore plus de la moitié de la course. C’est le scénario idéal en ce moment.»

Est-ce que Thomas, en jaune, se sacrifiera donc pour Froome dans l’ascension de l’Alpe d’Huez, jeudi?

«Ça dépend de ce qui se passera en course. Si je dois travailler pour lui en fin de parcours, je le ferai. Nous verrons, a dit Thomas. (…) De porter le maillot jaune est toujours un immense honneur. De le faire deux années consécutives, c’est vraiment bien.»

Cavendish et Kittel exclus

Par ailleurs, Mark Cavendish et Marcel Kittel ont été exclus de ce Tour de France, trop lents à l’issue de cette étape.

Les deux hommes comptent pas moins de 44 victoires d’étapes de la Grande Boucle, mais ils ont tous deux terminé bien au-delà du temps limite alloué pour cette étape.

Cavendish a terminé plus de 65 minutes derrière Thomas, soit plus du double que l’écart de 31 minutes permis. Son coéquipier Mark Renshaw a aussi terminé trop tard et a été exclu.

Avec 30 victoires d’étapes avant le début de la compétition, Cavendish espérait se rapprocher de la marque de Merckx, avec 34 victoires.

Kittel a quant à lui terminé 44 minutes derrière Cavendish.

Le temps limite pour compléter une étape est calculé selon un pourcentage du temps du vainqueur, la longueur et les difficultés du parcours.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!