HOCKENHEIM, Allemagne — Sebastian Vettel doit maintenir la pression sur Lewis Hamilton ce week-end au Grand Prix de Formule 1 d’Allemagne.

À mi-chemin de la saison de F1 — la 11e des 21 courses au calendrier —, Vettel dispose d’une avance de huit points sur Hamilton.

Vettel a entamé la saison sur les chapeaux de roue, puis Hamilton a rattrapé le retard, mais l’Allemand semble avoir repris le dessus dernièrement.

Même s’il mène 4-3 au chapitre des victoires cette saison contre Hamilton, la dernière de Vettel s’est révélée particulièrement émotive puisqu’elle s’est produite dans la cour de Hamilton, à Silverstone, où le Britannique a connu de nombreux succès au fil de son illustre carrière. La victoire de Vettel a d’autant plus fait mal à Hamilton compte tenu du fait qu’il a été victime d’un rarissime abandon, la semaine précédente, au Grand Prix d’Autriche.

Ces dernières saisons, Ferrari a été particulièrement mise à l’épreuve en raison de ses problèmes de fiabilité et ses erreurs techniques. Les rôles sont maintenant inversés, et Mercedes se retrouve sous pression.

«Nous nous améliorons et nous pouvons compter sur une équipe très, très forte, a mentionné Vettel jeudi. Cette voiture a du potentiel.»

Après avoir remporté les quatre derniers championnats des pilotes et des constructeurs, parfois avec des écarts impressionnants, Mercedes accuse maintenant un déficit de 20 points sur la Scuderia. Mercedes a commis des erreurs de communication et stratégiques. Pour Hamilton, qui convoite un cinquième championnat des pilotes de F1 tout comme Vettel, ces ennuis sont difficiles à avaler.

Mercedes a d’ailleurs souvent pris le blâme pour les problèmes de Hamilton, même le patron.

«Nous avons laissé des points sur la table et avons limité les dégâts trop souvent à notre goût, a mentionné Toto Wolff, le directeur de l’équipe allemande. Beaucoup de ces pépins sont attribuables à nos propres erreurs.»

Et puisque Mercedes vacille, et que Hamilton est échaudé, le moment est idéal pour Vettel de leur asséner un autre dur coup à Hockenheim dimanche.

Vettel a remporté le Grand Prix d’Allemagne avec Red Bull en 2013, à l’époque où il était présenté sur le Nürburgring. Une victoire à Hockenheim serait spéciale pour lui.

«Je viens littéralement d’ici; je suis né et j’ai grandi à une demi-heure d’ici, a souligné Vettel. Ce serait très important pour moi (de l’emporter).»

Vettel n’est cependant pas le seul pilote du plateau à apprécier Hockenheim. Lance Stroll n’a pas caché que ce circuit revêtait un cachet particulier pour lui.

Le Québécois a notamment balayé les honneurs des trois courses de Formule 3 présentées sur cette piste en octobre 2016 pour s’adjuger le championnat des pilotes de la série. Des moments inoubliables, de l’avis du principal intéressé.

«Avec tous les ennuis que nous éprouvons cette saison, ça fait du bien de revenir sur une piste où j’ai connu du succès en F3. J’espère que je pourrai faire quelque chose de bien ce week-end», a mentionné le pilote Williams, qui pointe au 17e échelon du classement avec une maigre récolte de quatre points.

Stroll a laissé entrevoir un peu d’optimisme, après avoir connu un week-end cauchemardesque au Grand Prix de Grande-Bretagne il y a deux semaines.

«Nous avons travaillé très fort en coulisse afin de régler les problèmes d’aérodynamisme que mon coéquipier Sergey (Sirotkin) et moi avons vécus avec le nouvel aileron arrière à Silverstone, et nous avons bon espoir de les avoir corrigés, a dit Stroll. Nous compterons aussi sur un nouvel aileron avant ce week-end. (…) Je vais toutefois attendre les essais du vendredi avant de tirer des conclusions sur notre progression en tant qu’équipe.»

— Avec La Presse canadienne

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!