Jens Meyer / The Associated Press Lewis Hamilton

HOCKENHEIM, Allemagne — De toute évidence, l’adversité aiguillonne Lewis Hamilton.

Même s’il a remporté quatre titres mondiaux et 66 courses, Hamilton tire une grande motivation quand il fait figure de négligé.

Lors des deux dernières courses, il a terminé premier et deuxième après avoir pourtant pris le départ d’une position peu avantageuse sur la grille. Il a remporté le Grand Prix d’Allemagne, ponctué d’une averse à la mi-course dimanche, après s’être élancé de la 14e position. À la course précédente, il a été poussé hors piste au premier tour, mais il est remontré de la dernière à la deuxième place au Grand Prix de Grande-Bretagne grâce à une autre superbe démonstration de son talent et de sa résilience.

«Lorsque vous êtes confronté à l’adversité… c’est toujours une occasion de démontrer ce que vous pouvez faire et revenir de l’arrière est tellement plus amusant, a déclaré Hamilton. On ne sait jamais jusqu’où on peut aller. Parfois tu peux aller jusqu’au bout.»

Il est plutôt ironique pour Hamilton d’aimer se battre pour revenir de l’arrière, compte tenu qu’il est le détenteur du record de la F1 avec 76 positions de tête — huit de plus que Michael Schumacher.

Mais ses remontées à la faveur de dépassements sur ses rivaux le dynamisent, ravivant les souvenirs de la joie de ses débuts modestes en karting.

«Ça me rappelle vraiment comment j’ai commencé. Mon kart était vraiment vieux et il appartenait à cinq familles différentes, a rappelé Hamilton. Mon père a dépensé un peu d’argent pour le revamper… et l’a rendu aussi neuf qu’il pouvait l’être. Mais c’était encore ce qu’on pourrait appeler un vieux tacot.

«Je commençais toujours à l’arrière et je devais me frayer un chemin à travers les pilotes les plus expérimentés et les voitures les plus rapides, a ajouté le Britannique de 33 ans, se remémorant ses années de formation. C’est là que j’ai appris à le faire, et c’est ce que je faisais de mieux.»

Peu ont misé sur Hamilton pour l’emporter en Allemagne, surtout après un problème hydraulique qui a gêné sa séance de qualification.

De plus, son grand rival Sebastian Vettel était détenteur de la pole au volant d’une Ferrari extrêmement rapide et en excellente position pour augmenter son avance au championnat.

Mais Hamilton l’a emporté, avec un peu d’aide à la suite de l’accident de Vettel sur un circuit détrempé, et a décrit sa performance comme étant probablement sa meilleure.

«J’ai le sentiment d’avoir piloté comme je ne me souviens pas de l’avoir fait, a-t-il dit. J’ai disputé beaucoup de courses, et il y en a eu beaucoup d’autres excellentes, mais celle-ci, je n’ai pas fait d’erreur. J’en suis vraiment fier.»

S’il avait besoin d’une motivation supplémentaire, les amateurs allemands du Hockenheimring lui en ont fourni par inadvertance.

«Il y avait beaucoup de négativité avant la course… Quand je suis arrivé ici, j’ai été beaucoup hué, a confié Hamilton. La chose étrange est que j’en étais vraiment heureux.»

Hamilton a réduit au silence ses détracteurs de la plus belle des façons.

Il a également repris les commandes de la course au titre, avec 17 points d’avance sur Vettel, avant le Grand Prix de Hongrie, dimanche.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!