MONTRÉAL — Il y a un peu plus d’un an, Randy Ambrosie est devenu le 14e commissaire de la Ligue canadienne de football. L’ex-joueur, qui est de passage à Montréal pour le match entre les Eskimos d’Edmonton et les Alouettes jeudi soir, est plutôt fier de son bilan jusqu’ici.

Il est particulièrement heureux du rythme des matchs disputés dans la LCF depuis qu’il a décidé, en août dernier, de limiter les entraîneurs à une seule contestation par rencontre.

«L’une des choses dont je suis très fier est la façon dont cette ligue écoute ses partisans, a-t-il indiqué en entrevue à La Presse canadienne mercredi. Je me suis fixé pour objectif que la LCF soit la ligue la plus centrée sur les désirs de ses partisans dans le monde, qu’il y ait un fort lien avec eux. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai effectué la visite des neuf marchés de la ligue cet hiver. Près de 4000 partisans sont venus nous voir. Ils avaient de bonnes questions et moi j’en avais pour eux. C’est la meilleure façon de comprendre les sujets chauds de notre ligue. Ces partisans ont été très clairs: le grand nombre de contestations les irritait.

«Je crois que de façon générale, les partisans souhaitent que les matchs se jouent rapidement. Nous sommes constamment pressés par le temps. Nos vies sont remplies à craquer et les partisans veulent venir à nos matchs, mais ils veulent aussi qu’ils se jouent rapidement, en plus d’être divertissants. De ne plus constamment voir de mouchoir sur le terrain est l’une des façons d’accélérer les matchs.

«Un autre point était la façon dont le Centre de commande gérait les diverses situations qui lui sont adressées. La réponse que nous avons eue cette saison est très positive», a-t-il ajouté.

Autre sujet inévitable: l’expansion.

«D’un océan à l’autre, ils sont très intéressés par une 10e équipe», dit-il au sujet des partisans de la LCF.

«Je dirais que l’engouement est aussi fort, sinon plus (qu’à mon arrivée en poste). Le problème est que nous sommes en plein coeur du processus, c’est pourquoi on en entend moins parler. Ces choses prennent du temps. Nous sommes en discussions avec le conseil municipal de Halifax. À l’unanimité, il a voté pour que le projet de stade soit étudié, alors c’est très enivrant pour nous. C’est assurément un pas dans la bonne direction.»

Ambrosie ne veut pas mettre une date sur l’arrivée de cette 10e équipe dans sa ligue, afin de ne pas appliquer inutilement de pression à ce dossier.

«Je voulais que cette équipe commence en 2018, mais on m’a dit que c’était un peu trop optimiste, a-t-il blagué. (…) Les premiers ministres du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse appuient ouvertement la venue de la ligue dans les Maritimes. Le maire de Halifax appuie le projet. Je continue de jouer un rôle très actif au nom de la ligue.

«Est-ce que c’est notre intention d’augmenter nos rangs? La réponse est oui, sans aucun doute. Je crois fermement qu’on a besoin d’une 10e équipe: cinq dans l’Ouest et cinq dans l’Est. Peut-être même davantage dans l’avenir. Je pense que nous devons faire croître cette ligue. Est-ce que je crois que nous allons le faire? Absolument.»

Manziel fait jaser

Ambrosie a profité de son passage pour faire un saut à l’entraînement des Alouettes, où il a renoué avec Johnny Manziel. Le commissaire croit qu’il se fera dorénavant moins poser de questions au sujet de l’utilisation de ce dernier.

«Partout où j’allais, on me demandait quand Manziel allait jouer, a raconté Ambrosie. Bien sûr, je répondais que je ne savais pas et que ce n’était pas dans mes tâches, heureusement!

«C’est certain que je souhaite que la transaction soit bénéfique aux deux clubs, qu’elle va les améliorer, a-t-il ajouté plus sérieusement. Vous voulez toujours voir les meilleurs joueurs sur le terrain. Dans ce cas-ci, si ça donne l’opportunité à Johnny Manziel de jouer et d’aider les Alouettes, alors je pense que ce sera super. Du côté des Tiger-Cats, ils ont Jeremiah Masoli qui connaît toute une saison. Je pense que les deux équipes sortent gagnantes de cette transaction. J’ai hâte de voir ce que ces deux grands quarts peuvent faire pour leur club respectif.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!