BUDAPEST, Hongrie — À moins que Sebastian Vettel ne rebondisse avec une solide performance au Grand Prix de Hongrie ce week-end, il risque d’entamer la pause estivale d’un mois de la saison de Formule 1 avec un recul face à Lewis Hamilton.

L’Allemand aurait dû être celui en ascension, mais son maladroit accident au moment où il détenait l’avance au Grand Prix d’Allemagne la semaine dernière, par une journée pluvieuse, lui a coûté la course et donné la victoire à Hamilton sur un plateau d’argent.

Ainsi, au lieu d’augmenter son avance en tête du classement des pilotes, Vettel (Ferrari) se retrouve à 17 points de Hamilton (Mercedes) après 11 des 21 courses au calendrier.

Vettel avait également gaspillé des points à la suite d’erreurs l’année dernière, et il se doit d’éviter de répéter le même scénario alors que lui et le Britannique visent tous deux un cinquième titre en carrière.

Un tel exploit permettra à son auteur d’égaler l’Argentin Juan Manuel Fangio.

Malgré sa bourde fondamentale à Hockenheim, où il menait par près de dix secondes avant de glisser hors-piste tard durant la course, Vettel parle sur un ton confiant. Celle-ci s’explique par le fait que les Ferrari ont souvent été les voitures les plus rapides cette saison, même davantage que les Mercedes.

«Tout le monde sait ce que nous pouvons faire, et donc je suis confiant en vue de la course en Hongrie, a affirmé Vettel.

«Nous l’avons montré assez souvent. Nous avons une excellente voiture et nous pouvons donc être aussi confiants que… plus (confiants) que quiconque.»

Mériter la position de tête sur l’étroit circuit de Hungaroring — surnommé en F1 «Monaco sans les murs» — représente une étape cruciale du week-end puisqu’il s’agit de l’une des pistes où les dépassements sont les plus difficiles à réaliser en F1.

Vettel a décroché la pole l’an dernier. Il a ensuite résisté aux efforts du vétéran finlandais Kimi Raïkkonen dans la longue ligne droite vers le premier virage 1 et tenu le coup pour signer la victoire, malgré des ennuis de direction qui l’ont perturbé pendant plus de la moitié de la course.

Il aura besoin d’afficher ce genre de combativité et de ténacité face à un Hamilton reconnu pour sa résistance, qui a souvent montré qu’il était le meilleur pilote sous pression.

Même si les Mercedes ont repris la tête des classements des pilotes et des constructeurs après la victoire en Allemagne — avec Valtteri Bottas assurant un inattendu doublé —, il reste que tout n’est pas rose au sein de l’écurie. Avant la course du week-end dernier, des problèmes de fiabilité des voitures et de stratégie d’équipe faisaient l’objet de discussions dans le paddock.

D’ailleurs, Hamilton a reconnu jeudi que les Ferrari détiennent toujours l’avantage malgré la présence des Mercedes au sommet du classement.

«Les Ferrari ont vraiment fait un pas en avant, surtout au niveau de leurs performances en qualifications. Nous ne nous faisons aucune illusion; nous allons devoir batailler avec vigueur contre eux.

«Ils détiennent un léger avantage en ce moment. Nous courons contre une équipe qui est plus rapide que nous cette année. L’an dernier, c’était plus équilibré, cette année, ça penche dans leur direction. Nous devons livrer la marchandise, et même plus, les week-end.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!