CHATTANOOGA, Tenn. — Terrell Owens a fait son arrivée en portant un habit décoré du logo du temple de la renommée de la NFL avant de changer de veston pour enfiler la très convoitée veste dorée réservée aux immortels du football.

Son buste? Il est demeuré près de 1000 kilomètres plus loin à Canton, en Ohio, parmi ceux des autres nouveaux intronisés. Ce qui laissait toute la place et l’attention à Terrell Owens sur la scène, à l’Université du Tennessee à Chattanooga.

Et bien sûr, celui que l’on surnomme T.O. n’a pas manqué de s’offrir un grand bol de pop-corn pour l’occasion.

Owens a fait son entrée au Temple de la renommée du football professionnel en organisant sa propre célébration, samedi après-midi à son alma mater, devant environ 3000 partisans qui ont scandé son nom à plusieurs reprises en plus de l’ovationner. Owens en a profité pour expliquer clairement pourquoi il n’a pas voulu se joindre à Ray Lewis, Randy Moss et son ex-coéquipier chez les Eagles Brian Dawkins en Ohio.

Au cours de son discours de 39 minutes, il a déclaré que ce n’est pas le nombre de tentatives nécessaires pour obtenir sa nomination — il en a eu besoin de trois — qui l’a froissé. «C’est pour la simple raison que les chroniqueurs sportifs ne sont pas en phase avec la mission et les valeurs du temple de la renommée», a-t-il dit.

«Ces journalistes ont méprisé le système, les critères et les règles pour lesquelles les joueurs sont intronisés, et ultimement, la véritable signification du temple de la renommée et ce qu’il représente. Je voulais prendre position pour que le prochain qui viendra après moi n’ait pas à vivre la même chose que moi et les autres. Peu importe que ça prenne trois ans ou 45 ans, vous devriez obtenir ce que vous avez légitimement mérité», a poursuivi l’ex-receveur étoile.

Au terme de sa carrière, le receveur éloigné occupait le deuxième rang de l’histoire de la NFL pour le total de verges gagnées sur attrapés avec 15 934. Il occupait aussi le troisième rang de l’histoire de la ligue pour le nombre de touchés sur réception avec 153.

«Plusieurs personnes m’ont dit que je pourrais regretter, dans 10, 15, 20 ans, de ne pas avoir été sur place à Canton, mais tout comme j’ai choisi d’être ici, j’ai choisi de ne pas vivre avec des regrets. Je vais laisser un héritage qui va marquer le monde à jamais», a-t-il mentionné.

Après l’événement public, il est revenu sur le sujet lors d’une conférence de presse en soulignant que les journalistes n’ont jamais joué ni laissé «leur sang, leur sueur et leurs larmes» sur le terrain.

Lors de la cérémonie traditionnelle à Canton, une seule personne peut prendre la parole pour présenter un nouvel intronisé. En organisant sa propre fête, Terrell Owens a eu la chance d’entendre cinq de ses anciens entraîneurs.

C’est un ami de Ray Lewis, qui était présent pour la cérémonie à Canton vendredi soir, qui a apporté lui-même le veston doré de T.O. à Chattanooga le lendemain.

Owens a remercié tout son entourage, dont sa défunte grand-mère, sa mère, ses entraîneurs à tous le niveaux depuis ses premiers pas à Alexander City, en Alabama, jusqu’aux rangs professionnels. Il a cité des passages de la Bible et même remercié les coéquipiers qui l’ont calomnié ou détesté. «Ça, c’est pour vous!», a-t-il lancé.

Vers la fin de son discours, il a invité à se lever tous ceux qui ont déjà subi de l’intimidation ou qui se sont sentis rejetés ou incompris. «On a plus de choses en commun que de différences. Tout ce discours que vous pensiez être à propos de moi, il était pour vous», leur a-t-il avoué.

Aucun de ses anciens coéquipiers de la NFL ne semblait être présent.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!