SAG HARBOR, N.Y. — Le président de la série NASCAR, Brian France, a décidé de se retirer de ses fonctions à la suite de son arrestation dans les Hamptons, dans l’État de New York, pour conduite avec les facultés affaiblies et possession illégale d’oxycodone.

Selon la police, le taux d’alcoolémie de France était deux fois supérieur à la limite légale lorsqu’il a été intercepté.

France a déclaré dans un communiqué diffusé lundi que son congé pour une durée indéterminée sera utilisé pour ses «affaires personnelles».

Le vice-président et vice-président exécutif de la série, Jim France, assumera le rôle de président et chef de la direction par intérim. Brian France est le neveu de Jim France.

Les policiers ont mentionné que France, qui est âgé de 56 ans, sentait l’alcool et qu’il avait de la difficulté à s’exprimer pendant son arrestation dimanche à Sag Harbor. Ils ont ajouté qu’il avait les yeux rouges et qu’il avait éprouvé de la difficulté à garder son équilibre pendant le test de dépistage.

L’alcootest a démontré que France avait un taux de 18 milligrammes d’alcool par 100 millilitres de sang. La limite permise dans l’État de New York est établie à 8 milligrammes.

Les policiers ont également retrouvé des comprimés d’oxycodone en procédant à une fouille.

France a comparu lundi à la Cour municipale de Sag Harbor après avoir passé la nuit derrière les barreaux. Il a été libéré après avoir signé une promesse de comparaître, et sera de retour devant les tribunaux le 14 septembre.

La série NASCAR a été créée en 1947 par Bill France. Brian France est son petit-fils et occupait le poste de président et directeur des opérations depuis 2003.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!