SAN FRANCISCO — Probablement pour la dernière fois et près de 11 ans après son dernier match, Barry Bonds a couru vers le champ gauche vêtu d’une chemise avec le numéro 25 après qu’il eut été présenté à la foule comme s’il faisait toujours partie de la formation des Giants de San Francisco.

Les Giants ont retiré le numéro de Bonds lors d’une longue cérémonie, samedi, avant leur match contre l’autre formation pour laquelle Bonds a joué, les Pirates de Pittsburgh. Les célébrations ont aussi eu lieu 11 ans après que Bonds eut fracassé le record de circuits en carrière de Hank Aaron lors de sa 22e et dernière campagne. Si les allégations de dopage contre Bonds ont fait de lui une cible de propos négatifs presque partout ailleurs, il est toujours adoré dans la région de la baie de San Francisco.

«Je suis envahi par les émotions, a dit Bonds. C’est peut-être une surprise pour beaucoup de personnes, mais quand j’étais jeune, je ne voulais pas jouer au baseball. Je voulais jouer à tous les sports — le basketball, le football, faire du vélo, plein de choses que les enfants aiment faire. Mais quand ma mère m’a inscrit, j’ai découvert ce qui est devenu une passion.»

Entouré d’anciens coéquipiers et entraîneurs, de membres du Temple de la renommée et de sa famille, Bonds avait de la difficulté à trouver ses mots. Il a demandé le silence, après quelques minutes, il a répété trois fois qu’il «doit se concentrer».

Bonds est devenu le 10e joueur dans l’histoire des Giants à voir son numéro être retiré. Il a conclu sa carrière avec 762 circuits à sa fiche.

En juillet 2015, Bonds avait dit qu’on lui avait retiré un énorme poids de ses épaules quand des procureurs fédéraux avaient abandonné ce qu’il restait d’un dossier qui s’est étiré pendant près de 10 ans cherchant à prouver qu’il s’était dopé. Bonds aura besoin de 75 pour cent des voix pour être immortalisé au Temple de la renommée. Son nom était inscrit sur 56,4 pour cent des scrutins cette année, comparativement à 36,2 pour cent lors de sa première année d’éligibilité.

Sept fois joueur par excellence de la Ligue nationale, Bonds a reçu un accueil monstre de la part des partisans des Giants samedi. Âgé de 54 ans, Bonds a salué la foule et l’a applaudie alors qu’il faisait son entrée par le champ centre.

«Merci San Francisco, merci de m’avoir permis d’accomplir mes rêves», a dit Bonds en conclusion d’un long discours au cours duquel il a notamment remercié son regretté père, Bobby.

L’ancienne légende des Giants, Willie Mays, le parrain de Bonds, a plaidé en faveur de l’intronisation du frappeur de puissance au Temple de la renommée.

Orlando Cepeda, Juan Marichal, Willie McCovey et Gaylord Perry ont aussi participé aux festivités.

Les anciens gérants Jim Leyland et Dusty Baker, ainsi que le gérant actuel des Giants Bruce Bochy ont aussi assisté à la cérémonie, tout comme la mère de Bonds, Pat, et ses trois enfants.

«Sans l’ombre d’un doute, il est le meilleur joueur que j’ai géré au cours de ma carrière de 22 ans, a dit Leyland. Nous devons tous nous estimer chanceux d’avoir pu voir jouer pendant autant d’années l’un des plus grands joueurs de tous les temps.»

Les joueurs des Pirates ont assisté à la cérémonie de plus d’une heure dans l’abri des visiteurs.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!