Charlie Neibergall Charlie Neibergall / The Associated Press

TORONTO — L’équipe de basketball masculin de Duke n’avait pas fait de séjour en pays étranger depuis sept ans. Ils sont de passage au Canada cette année, en partie dans la cour arrière de leur grand espoir R.J. Barrett.

«Je pense que l’aréna est à distance de marche d’où il habite, a dit l’entraîneur des Blue Devils Mike Krzyzewski, un membre du Temple de la renommée du basketball. Ou peut-être à distance de marche pour lui alors. Pas pour moi.»

Barrett, âgé de 18 ans, est natif de Mississauga. Duke va y affronter Ryerson et l’Université de Toronto, mercredi et vendredi, avant de jouer contre McGill à la Place Bell de Laval, dimanche.

Krzyzewski compte à son palmarès cinq championnats de la NCAA et autant de médailles d’or en Olympiade avec les Américains, aux commandes ou comme adjoint.

L’homme de 71 ans a eu de bons mots pour Toronto et le Canada, lundi. Il ne se rappelle pas vraiment de sa première visite à Toronto, à part que c’était pour livrer un discours dans «l’un des magnifiques musées ici.»

«Je ne réalisais pas à quel point Toronto est une ville formidable, a confié Krzyzewski. Et multiculturelle, de classe mondiale. On y tend les bras à toutes les cultures.

«Le basketball au Canada se porte à merveille, a t-il poursuivi. Il y a tellement d’universités chez nous qui ont des joueurs canadiens. Et ça va continuer de prendre de l’ampleur avec des dirigeants comme Steve Nash et Jay Triano, et toute leur organisation. Ce sont des gens de classe. Ils ont établi de très bonnes bases pour le développement du basketball.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!