Andres Kudacki Andres Kudacki / The Associated Press

NEW YORK — L’Américaine Serena Williams a amorcé son match avec aplomb et elle l’a fini en beauté pour atteindre les quarts de finale des Internationaux de tennis des États-Unis.

Williams, la 17e tête de série du tournoi, a battu l’Estonienne Kaia Kanepi en trois manches de 6-0, 4-6, 6-3, dimanche.

Williams n’a eu besoin que de 18 minutes pour gagner la première manche à zéro, dominant son adversaire en puissance. Après avoir perdu le deuxième set, elle s’est ressaisie et elle s’est donné une avance de 3-0 lors de la manche ultime, filant vers la victoire.

Lorsqu’elle a réussi un revers gagnant pour s’emparer du premier jeu de la troisième manche, Williams a effectué un de ses cris les plus retentissants de la journée.

«C’était un cri à la Serena. Je n’essaie pas de le faire, il sort d’un trait. Ce sont des émotions pures, a laissé savoir l’Américaine. C’est mon travail et c’est comme ça que je gagne ma vie. Je vais essayer de faire de mon mieux. C’est un soulagement de remporter un match aussi important et aussi serré.»

Williams a réussi pas moins de 18 as dans la rencontre et Kanepi avait son mot à dire concernant l’imposante première balle d’une des favorites de la foule, qui cherche à signer un 24e titre en carrière lors d’un tournoi du Grand Chelem.

«C’est pratiquement impossible de la retourner», a affirmé Kanepi.

Gagnante à Flushing Meadows à six occasions, Williams avait raté le tournoi l’an dernier parce qu’elle a donné naissance à sa fille pendant la tenue de l’événement. Au tour suivant, elle se mesurera à la finaliste en 2016, la Tchèque Karolina Pliskova (no 8).

Kanepi, qui a surpris la favorite Simona Halep au premier tour, tentait d’accéder aux quarts de finale à New York pour une deuxième année de suite.

Un peu plus tôt dans la journée, Pliskova a atteint les quarts de finale pour une troisième année consécutive en battant l’Australienne Ashleigh Barty (no 18) en deux manches de 6-4, 6-4.

Lors de son parcours jusqu’en finale de ce tournoi en 2016, Pliskova avait défait Williams lors des demi-finales.

«Je me sentais vraiment bien cette année-là et je me sens très bien en ce moment. L’histoire était différente en 2016 parce que j’étais plus inconnue. Personne ne s’attendait à me voir aussi loin, a mentionné Pliskova. Serena était la meilleure à cette époque, mais j’ai gagné parce que je croyais en mes chances. J’ai le style de jeu pour la vaincre.»

Contre Barty, la Tchèque a gagné ses 10 parties au service, réussissant quatre as au passage. Elle a également sauvé les huit balles de bris qu’elle a dû affronter.

En soirée, la championne en titre des Internationaux de tennis des États-Unis, l’Américaine Sloane Stephens, est retournée en quarts de finale grâce à une victoire de 6-3, 6-3 contre la Belge Elise Mertens (no 15).

Stephens, la troisième tête de série, a bien varié ses coups et elle a été constante dans son style de jeu entre l’attaque et la défensive. Parfois, elle se permettait même de réussir un coup spectaculaire, au grand plaisir des partisans présents au Stade Arthur-Ashe.

Pour Stephens, c’est maintenant l’heure du match revanche. Elle en découdra maintenant avec la Lettone Anastasija Sevastova (no 19). L’Américaine avait triomphé contre elle en quarts de finale, l’an dernier.

Lorsqu’elle s’est remémoré sa victoire en 2017, qui s’est décidée au bris d’égalité de la troisième manche, Stephens a déclaré qu’elle «avait eu à puiser dans ses dernières ressources».

Sevastova est passée au tour suivant en disposant de l’Ukrainienne Elina Svitolina (no 7) en trois manches de 6-3, 1-6, 6-0.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!