The Associated Press Alejandro Silva, Ignacio Piatti et Rod Fann

MONTRÉAL — Le 8 août dernier, l’Impact avait annoncé dans l’ordre les acquisitions de Quincy Amarikwa, Micheal Azira et Bacary Sagna, qualifiant sur son compte Twitter l’ancien international français de dessert.

Si l’impact de Sagna sur le jeu du Bleu-blanc-noir était attendu et a été immédiat, ceux d’Amarikwa et Azira sont aujourd’hui aussi importants.

Amarikwa a déjà accumulé 319 minutes de jeu en six rencontres, soit 50 de plus qu’en 14 sorties avec les Earthquakes de San Jose avant la transaction. De plus, il a marqué la semaine dernière un premier but en MLS depuis le 12 août 2016 dans une victoire de 4-1 contre l’Union de Philadelphie.

Samedi soir, c’était au tour d’Azira de faire mouche dans un verdict nul de 1-1 contre le New York City FC. Dans le cas d’Azira, il s’agissait pour lui d’un premier but en carrière en MLS en 97 rencontres, et d’un deuxième but seulement depuis ses débuts en première division nord-américaine en 2014.

Azira en était à un quatrième départ de suite comme milieu de terrain sur le flanc droit. Il a lui aussi été plus occupé depuis son arrivée à Montréal qu’avec les Rapids du Colorado avant l’échange.

Amarikwa et Azira n’ont pas le même profil qu’un Sagna ou qu’un Jimmy Briand, dont l’échec du transfert a fait couler beaucoup d’encre en juillet. Toujours franc, l’entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde, a reconnu qu’il ne s’attendait pas nécessairement à une telle contribution de ces deux joueurs.

«Je suis un peu surpris, oui, je dois le dire, même si nous avons tout fait pour les mettre dans de bonnes conditions, a admis Garde après le match contre le NYCFC. C’est vrai que les deux ont contribué. (Samedi), particulièrement Micheal, parce qu’il a marqué. Mais nous savons qu’il est aussi très, très utile dans d’autres tâches. Oui, je suis agréablement surpris par la rapidité à laquelle ils se sont installés.»

La surprise de Garde peut s’expliquer par son manque de familiarité avec tous les joueurs de la MLS, lui qui, après tout, en est à sa première campagne en Amérique du Nord. De son côté, l’arrière latéral Daniel Lovitz en est à sa cinquième saison en MLS et a affirmé avoir été un partisan d’Azira dès ses débuts.

«Nous avons commencé à jouer dans cette ligue la même année et je me souviens avoir vu Azira jouer à Seattle, a raconté Lovitz. Je trouvais qu’il avait de belles qualités. Je ne pensais jamais jouer avec lui un jour, mais c’est le cas présentement. Je ne suis donc pas surpris de le voir aller.

«De son côté, Quincy (Amarikwa) fait des dégâts à l’avant. Il est un joueur dynamique dont nous bénéficions beaucoup.»

Alors que l’on parle souvent d’une période d’adaptation pour un joueur européen à son arrivée en MLS, Lovitz était d’accord pour dire qu’il avait peut-être été avantageux d’obtenir les services de deux joueurs familiers avec le circuit si tard dans la saison.

«Je ne veux pas discréditer ceux qui arrivent des autres ligues, mais ils ont besoin d’une période d’adaptation, que ce soit un joueur ou un entraîneur, a rappelé Lovitz. C’était énorme pour nous de mettre la main sur des joueurs facilement transférables, qui ont déjà fait le tour du bloc en MLS, particulièrement lors d’une saison au cours de laquelle il y a eu beaucoup de changements au sein de notre personnel. Ils ont ajouté une certaine maturité et un niveau d’expérience au sein de la ligue.»

À moins d’une surprise, Azira et Amarikwa devraient être à nouveau en uniforme quand l’Impact rendra visite au D.C. United, samedi prochain.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!