Scott Heckel Scott Heckel / The Associated Press

Jim Taylor, un fougueux demi-offensif qui a symbolisé l’irrésistible attaque terrestre des Packers de Green Bay à l’époque de Vince Lombardi, est décédé samedi. Il était âgé de 83 ans.

Selon un porte-parole des Packers, Taylor a rendu l’âme de façon inattendue dans un hôpital de sa ville natale de Baton Rouge, en Louisiane.

Coéquipier de Paul Hornung, un autre légendaire demi-offensif, Taylor a porté l’uniforme des Packers de 1958 à 1966, soit pendant leurs années de gloire.

Nommé joueur le plus utile à son équipe en 1962, il a aidé les Packers à remporter quatre championnats de la NFL ainsi que le premier Super Bowl.

Auteur du premier touché au sol dans l’histoire du Super Bowl dans un gain de 35-10 contre les Chiefs de Kansas City le 15 janvier 1967, Taylor a été intronisé au Temple de la Renommée en 1976.

Choix de deuxième ronde issu de l’Université Louisiana State en 1958, Taylor a joué pendant dix saisons dans la NFL, sa dernière avec les Saints de La Nouvelle-Orléans en 1967.

«Il était un joueur combatif et classique au sein des équipes de Lombardi et un membre vital de ces grandes formations championnes», a loué le président des Packers, Mark Murphy.

C’est lorsque Lombardi est devenu l’entraîneur-chef des Packers, en 1959, que la carrière de Taylor a pris son envol.

Lombardi a conçu le fameux «balayage des Packers» (Packers’ Sweep), un jeu lors duquel les gardes Jerry Kramer et Fuzzy Thurston quittaient leur position pour créer des ouvertures hors l’aile pour Taylor ou Hornung.

À six pieds et 216 livres, Taylor a la plupart du temps permis à cette stratégie de rapporter des dividendes, peu importe l’état de la surface de jeu, grâce à son endurance et à sa puissance.

«Il m’a inculqué beaucoup de caractère, de vertus et de principes», avait déclaré Taylor en 2001 au sujet de Lombardi, avec lequel les relations ont parfois été tendues.

«Il a instauré un calibre de jeu qui, selon lui, allait procurer des championnats.»

En 1962, Taylor a connu la meilleure saison de sa carrière. En 14 matchs, il a amassé 1474 verges par la course, une marque d’équipe qui a duré 41 ans, et inscrit 19 majeurs.

Cette année-là, les Packers ont affiché un dossier de 13-1 et battu les Giants de New York 16-7 en finale pour le deuxième des quatre titres de Taylor.

«D’avoir été élu joueur le plus utile à mon équipe en 1962 est un exploit que je chéris au plus haut point, avait affirmé Taylor. J’ai eu l’impression que j’avais réalisé mon objectif.»

Taylor a souvent été comparé à Jim Brown, un rival avec les Browns de Cleveland. Toutefois, Lombardi avait des opinions différentes des deux demis-offensifs les plus punitifs de cette époque.

«Jim Brown vous tendait sa jambe (pour le plaquer) avant de l’enlever. Jim Taylor vous la donnait avant de l’enfoncer dans votre poitrine.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!