Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Il reste encore 77 matchs à la saison régulière du Canadien de Montréal, mais si les cinq premiers doivent servir de fidèle indicateur à ceux qui vont suivre, les partisans de l’équipe pourraient bien voir à l’oeuvre un groupe homogène qui tire dans la même direction, et ce, sur une base régulière.

Deux moments spécifiques survenus dans un bref intervalle lors de la troisième période du match de lundi contre les Red Wings de Detroit ont permis d’en témoigner.

Avec un peu plus de 12 minutes à jouer et un score de 6-2 en faveur du Tricolore, Jonathan Drouin s’est sacrifié en bloquant un puissant tir du défenseur Nick Jensen à l’aide de sa cheville gauche.

Ébranlé sur la séquence au point d’avoir de la difficulté à rester debout, Drouin s’est de nouveau retrouvé sur la glace lorsqu’il a été inutilement bousculé par Tyler Bertuzzi.

Quelques secondes plus tard, Bertuzzi a été agrippé par Xavier Ouellet, l’ex-défenseur des Red Wings, et les deux joueurs en sont venus aux coups.

Non seulement y a-t-il eu du sang neuf d’injecté dans l’équipe au cours de l’entre-saison, mais force est de constater que l’esprit de corps semble plus solide. De tels gestes n’ont pas été monnaie courante l’an dernier.

«C’est gros, n’a pu s’empêcher de déclarer Drouin au sujet de la marque de soutien de Ouellet.

«L’ambiance dans notre équipe est différente de celle de l’année passée. Les gars se tiennent plus ensemble. C’est un beau geste», a ajouté Drouin.

L’un des nouveaux venus chez le Canadien, Tomas Tatar, dit ressentir cette homogénéité.

«Je l’ai dit avant le début de la saison, lorsque vous avez un bon esprit d’équipe, qu’un groupe se tient ensemble et que l’équipe joue bien, tout le monde commence à connaître du succès. Je crois que ça va de pair.»

Au-delà de cette unité qui semble régner à l’intérieur du vestiaire, il existe aussi un désir de faire amende honorable après la misérable saison que l’équipe a connue l’an dernier, a fait remarquer Tomas Plekanec.

«Ce qui s’est produit l’an dernier, nous l’avions déjà vécu une fois auparavant et je sais que les joueurs étaient affamés lorsque s’est amorcée la saison suivante. C’est exactement ce qui est arrivé cette année, a déclaré le vétéran joueur de centre.

«Les gars sont revenus avec énergie et prêts à travailler parce qu’ils ne veulent pas vivre ça de nouveau. Je crois que les amateurs peuvent le sentir», a affirmé Plekanec, nommé première étoile du match lundi.

Avec ce gain de 7-3 face aux Red Wings, le Canadien totalise trois victoires et sept points après cinq matchs. Il y a un an, la formation montréalaise avait dû patienter jusqu’à sa 11e sortie, le 28 octobre, pour atteindre pareils plateaux.

Claude Julien ne s’est pas aventuré à expliquer les différences entre le rendement actuel de l’équipe et celui de ses joueurs en octobre 2017. Toutefois, il semble avoir fait un constat.

«Il y a des choses que l’on peut contrôler et d’autres que l’on ne peut pas contrôler, comme les blessures. Ce que je vois, c’est qu’il y a de la foi à l’intérieur de l’équipe. Aussi, nous savons qu’il faut travailler avec ardeur pour gagner des matchs de hockey et c’est ce que nous faisons.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!