MONTRÉAL — Marie-Ève Dicaire pourrait écrire une page d’histoire de la boxe québécoise au Centre Vidéotron, le 1er décembre.

Dicaire tentera alors de ravir le titre des super-mi-moyennes de l’International Boxing Federation (IBF) à la championne Chris Namus, en misant notamment sur sa vitesse pour la surprendre.

La Québécoise, qui est âgée de 32 ans, disputera son premier combat de championnat en carrière face à Namus (24-4, 8 K.-O.), une Uruguayenne de 31 ans qui en sera à sa deuxième défense de titre. En dépit de son manque d’expérience en de telles circonstances, Dicaire (13-0, 0 K.-O.) s’est dite confiance de pouvoir conclure la soirée avec la ceinture.

«J’ai vraiment hâte, plus la date du combat se rapproche, a déclaré la principale intéressée. Vous savez, notre camp est commencé depuis la fin du mois d’août, et j’ai l’impression que plus la préparation est optimale, plus je serai prête. Il me reste un mois avant le combat, donc nous en sommes dans les derniers détails, mais j’aborde ce combat avec plus de hâte que de peur, ou d’anxiété.»

Selon Bernard Barré, vice-président opérations et recrutement chez GYM, il s’agira du premier combat où elle sera véritablement «en danger». Namus est une boxeuse qui a la réputation d’être agressive, et une puissante cogneuse — comme en fait foi sa fiche.

Lorsqu’on demande à l’entraîneur de Dicaire, Stéphane Harnois, s’il considère que Namus a fait preuve d’un manque de respect en acceptant de venir se battre au Québec pour défendre son titre, contre une boxeuse qui n’a jamais passé le K.-O. à une adversaire, il croit qu’elle devra se méfier.

«Elle (Namus) n’est pas championne du monde pour rien; elle veut boxer chez nous, chez elle, n’importe où et prouver qu’elle est prête à affronter n’importe qui, a-t-il expliqué. Peut-être qu’elle se dit que ce sera un combat facile — j’ai entendu dire qu’elle avait commencé son camp dernièrement —, mais la seule chose que je peux dire, c’est qu’elle sera surprise.»

Dicaire croit ainsi que sa vitesse et son jeu de jambes compliqueront la tâche de Namus. C’est d’ailleurs là-dessus qu’elle misera pour espérer l’emporter, «par décision unanime ou K.-O.».

«Je suis une boxeuse qui se déplace énormément, qui a beaucoup de vitesse, a-t-elle souligné. C’est sûr que si j’entre dans sa ‘game’ à elle, alors je vais me retrouver en situation difficile. J’ai déjà affronté trois Argentines par le passé, et c’est sûr que si tu restes les deux pieds collés au tapis contre ces filles-là, elles t’en feront payer le prix. Je sais donc à quoi m’attendre.»

Dicaire a également dit qu’elle n’était pas inquiète d’être récemment passée de la catégorie des 147 lbs à celle des 154 lbs.

«Au contraire, ça donne un certain répit à mon corps, a-t-elle évoqué. Je n’aurai pas à perdre beaucoup de poids quelques jours avant le combat. Prendre de la masse, selon moi, c’est positif.»

Ce sera l’un des deux combats de championnat du monde à être présentés dans ce gala, puisque Adonis Stevenson tentera une 10e défense de son titre des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) face à Oleksandr Gvozdyk.

En tout, quatre ceintures seront à l’enjeu lors de ce gala. Mikael Zewski (31-1, 22 K.-O.) défendra son titre international du WBC des mi-moyens face au Mexicain Aaron Herrera (35-8-1, 24 K.-O.); tandis que Sébastien Bouchard (17-1, 7 K.-O.) et le Sud-Africain Ali Funeka (39-10-3, 31 K.-O.) tenteront de mettre la main sur le titre vacant WBC des Amériques des mi-moyens.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!