MOSCOU — Le principal candidat à la présidence de la Fédération internationale de boxe amateur (AIBA) a laissé entendre qu’il prendrait un congé sans solde s’il était élu afin de calmer les tensions avec le Comité international olympique.

Le CIO a laissé entendre que la candidature de Gafur Rakhimov à la présidence de l’AIBA pourrait mettre en péril la place de la fédération aux Jeux olympiques. Rakhimov figure sur la liste des sanctions du Trésor américain pour ses liens présumés avec le crime organisé et le trafic international d’héroïne. Il a nié toutes ces allégations.

«Nous nous occupons de ces inquiétudes et faisons d’excellents progrès, a assuré Rakhimov devant les représentants des plus de 200 pays de l’AIBA. Un amendement, que vous allez voter, va mettre en place un système permettant au président élu, qui que ce soit, de laisser son poste pour une période donnée.»

Cette proposition, qui devait être soumise au vote plus tard vendredi, permettrait au président de conserver tous les droits de vote au comité exécutif de l’AIBA même en cas d’absence officielle.

Rakhimov, originaire d’Ouzbékistan, se présente contre le Kazakh Serik Konakbayev à l’élection de la présidence de l’AIBA. L’élection est prévue samedi.

Rakhimov s’est présenté comme le sauveur de l’AIBA, affirmant qu’il avait restructuré la dette de 40 millions $ US et levé la menace de faillite depuis sa nomination au poste de président par intérim en janvier. Rakhimov a déclaré que deux dettes importantes envers des investisseurs avaient été converties en contrats de commandite, sans toutefois préciser comment.

Les problèmes financiers de l’AIBA datent principalement du règne de 11 ans de l’ancien président C.K. Wu, qui a démissionné l’année dernière. L’AIBA l’a banni à vie le mois dernier pour «négligence grave et mauvaise gestion financière».

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!