PARIS — Les Cyclistes professionnels associés (CPA), seul syndicat de cyclistes reconnu par l’Union cycliste internationale (UCI), demande aux autorités antidopage de faire preuve de plus de respect à l’endroit de leurs membres après qu’un coureur belge eut été forcé de quitter une gala pour se soumettre à un test hors compétition.

Pieter Serry, qui court chez Quick Step, a raté le Gala du Flandrien, mardi, après que des inspecteurs se soient présentés à la cérémonie afin d’y recueillir des échantillons.

Dans un communiqué émis mercredi, le CPA s’est plaint «d’un autre cas de non-respect de la vie privée des cyclistes» et a critiqué le timing de certains contrôles.

Le CPA rappelle notamment certains, dont l’un d’un cycliste contrôlé le jour de son mariage, d’un autre lors de funérailles, ou encore lors du premier jour d’école d’un enfant, des cas qui s’ajoutent à celui de Serry.

Le président du CPA, Gianni Bugno, a aussi souligné que «les cyclistes versent deux pour cent de leurs bourses pour financer les tests antidopage» et qu’ils sont «les seuls athlètes du monde à payer les contrôles antidopage de leurs poches. En échange, ils souhaitent obtenir plus de respect.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!