Ryan Remiorz/La Presse canadienne Mike Sherman

MONTRÉAL — L’introspection se fera à tous les niveaux chez les Alouettes de Montréal au cours des prochaines semaines. Même au sein du personnel d’entraîneurs de Mike Sherman.

L’entraîneur-chef a affirmé que si les performances de tous les joueurs de l’organisation sont scrutées à la loupe, il en ira de même avec celles des entraîneurs.

«Nos entraîneurs ont travaillé très fort cette saison, a-t-il souligné. Mais le travail et le talent ne sont pas des raisons suffisantes pour garantir un poste. Il y a eu quelques déceptions en cours de route et je dois évaluer quelles en ont été les causes.»

On n’a pas manqué de lui faire remarquer qu’un excellent candidat venait de se libérer en Marc Trestman. L’ex-entraîneur-chef des Alouettes a été congédié à la suite de la saison décevante des Argonauts de Toronto, même s’il avait remporté sa troisième coupe Grey en sept saisons dans la LCF en 2017. Mais Sherman n’a pas voulu dire s’il comptait lui faire une offre.

«Je crois que Marc est un excellent entraîneur. Je l’ai contacté pour lui souhaiter la meilleure des chances, en tant que membre de la même confrérie, et il a grandement apprécié mon appel, a indiqué Sherman. Nous allons évaluer notre personnel et nous verrons où ça nous mène. Marc est un entraîneur de grande qualité: je suis certain qu’il n’aura pas à attendre bien longtemps pour se trouver un autre emploi.»

Scénario semblable
De toute évidence déçu par la fiche de l’équipe, Sherman voit tout de même l’avenir avec optimisme pour son club. Il croit que le travail accompli en 2018 paiera dans un avenir rapproché.

«Ce qu’il nous a le plus manqué, c’est de la constance. Souvent, quand une phase jouait bien, l’autre jouait mal. Personne dans ce vestiaire ou au sein du personnel d’entraîneurs ne croit que de gagner cinq matchs soit une bonne chose. Mais il est bien difficile pour ceux qui ne sont pas dans le vestiaire ou qui ne viennent pas aux entraînements d’être témoins des fondations que nous sommes à mettre en place.»

Sherman a même fait un lien avec son arrivée à la tête des Packers de Green Bay au début des années 2000.

«Je me rappelle ma première saison à Green Bay. Nous avions manqué les séries par un match. Mais nous avions établi les fondations qui nous avaient permis de gagner 12, 13 et 14 rencontres les saisons suivantes. (…) C’est ce que nous avons fait cette saison.»

Liste d’emplettes
Comme le reste de l’organisation, Sherman veut voir une hausse du nombre de victoires l’an prochain. Il a déjà identifié les éléments dont il aura besoin et il s’est présenté devant Kavis Reed avec sa liste d’emplettes.

«Des joueurs explosifs en attaque!, a-t-il lancé d’entrée de jeu. Nous devons rehausser notre banque de talent chez nos receveurs. Nous devons aussi regarnir notre ligne à l’attaque, sans l’ombre d’un doute. (…) Nous devons avoir plus de stabilité au sein de ce groupe afin de connaître du succès.

«Par contre, je suis plutôt entiché de nos demis à l’attaque. Je crois qu’en deuxième moitié de saison, nous étions parmi les meneurs au sol. Je pense que William Stanback est l’une de nos vedettes.»

Reed estime quant à lui que c’est au niveau de la profondeur qu’il aura le plus gros du travail à faire.

«Nous croyons avoir des nos 1 de qualité. Mais la clé pour connaître du succès de façon constante, c’est d’avoir de la qualité au sein de nos substituts.»

Une chose est certaine: le d.g. a du pain sur la planche.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!