Ann Heisenfelt/AP

TORONTO — Daniel Carcillo souhaite que Wayne Gretzky offre son aide aux joueurs qui l’ont protégé au cours de sa carrière. Mais Carcillo, l’un des plaignants dans la poursuite contre la LNH sur les effets des commotions cérébrales, devra se satisfaire de son soutien à la recherche sur le sujet.

S’exprimant avant la cérémonie d’intronisation du Temple de la renommée du hockey, lundi soir, Gretzky n’a pas voulu dire s’il estimait que les 22 000$ US — le montant convenu dans l’entente à l’amiable pour chaque joueur qui choisit de s’en prévaloir — constituaient un montant acceptable pour les joueurs. Il a toutefois donné son opinion au sujet des commotions cérébrales.

«Quand j’ai joué, nous ne savions pas ce qu’étaient les commotions cérébrales, a précisé Gretzky. Mes enfants me demandent tout le temps: ‘Papa, as-tu déjà eu une commotion cérébrale?’ Probablement, mais nous ne le savions pas. Espérons que nous avons maintenant suffisamment de connaissances pour protéger les joueurs d’aujourd’hui, et que nous prenons soin de nos joueurs du passé du mieux que nous le pouvons et que nous allons de l’avant.»

Le règlement de 18,9 millions $ annoncé, lundi, concerne plus de 300 joueurs retraités qui ont poursuivi la ligue, l’accusant de ne pas les avoir protégés des blessures à la tête ou de les avertir des risques liés à la pratique du sport.

Le recours collectif, confirmé par un tribunal fédéral du Minnesota, était de loin le plus important déposé contre la ligue. La LNH, comme elle le fait depuis des années, n’a reconnu aucune responsabilité dans les problèmes de santé de ses anciens joueurs dans l’entente à l’amiable et peut y mettre fin si les 318 joueurs ou leurs successions choisissent de ne pas s’en prévaloir.

Carcillo, originaire de King City, en Ontario, qui a disputé 429 matchs dans la LNH, a utilisé Twitter lundi pour exhorter Gretzky à «utiliser sa notoriété pour aider les hommes qui l’ont protégé tout au long de sa carrière.»

Glenn Healy, directeur exécutif de l’Association des anciens de la LNH, a précisé que la discussion sur la question se poursuivrait au lendemain de l’entente.

«Pour moi, je ne joue pas le jeu du blâme, a-t-il dit. Je ne l’analyse pas de cette façon. Les plaignants étaient représentés par un avocat. C’est ça l’entente, mais pour moi ce n’est pas la ligne d’arrivée. C’est la ligne de départ et c’est à moi d’aller de l’avant pour améliorer les choses.»

L’entente est nettement inférieure à celle d’un milliard $ conclu entre la NFL et ses anciens joueurs sur le même problème des blessures à la tête. Le règlement de la NFL a impliqué plus de 20 000 joueurs, comparativement à 318 dans la LNH.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!