Todd Kirkland Todd Kirkland / The Associated Press

ATLANTA — Après tant d’attente, la ville d’Atlanta peut finalement célébrer une nouvelle équipe championne.

Josef Martinez et Franco Escobar ont fait bouger les cordages et l’Atlanta United a vaincu les Timbers de Portland 2-0, samedi soir, pour remporter la coupe MLS.

Encouragés par la plus imposante foule de l’histoire de l’équipe, les joueurs du United ont mis la main sur le titre à seulement leur deuxième saison dans la MLS. Il s’agissait d’un premier championnat pour la ville d’Atlanta depuis celui des Braves d’Atlanta en Série mondiale, en 1995.

«Plusieurs d’entre nous ne viennent pas d’ici, alors nous ne pouvons pas comprendre tout le désarroi dont les partisans d’Atlanta ont souffert au fil des ans, a reconnu le capitaine de l’équipe championne, Michael Parkhurst. Je suis simplement content de pouvoir leur procurer la victoire ce soir. Je sais qu’il y avait plusieurs partisans très anxieux.»

Martinez, qui a établi un record de la MLS au chapitre des buts en une même saison, a procuré les devants à l’équipe locale lors de la 39e minute de jeu. Il a contourné le gardien Jeff Attinella avant d’envoyer le ballon dans un filet libre.

Escobar a semé l’hystérie au Mercedes-Benz Stadium lorsqu’il a doublé l’avance des siens à la 54e minute. Il a redirigé une tête de Martinez à la suite d’un coup franc de Miguel Almiron.

«Ce n’est pas tous les jours que tu remportes un titre aussi important, a déclaré le gardien du United, Brad Guzan. De faire partie de l’équipe gagnante, de vivre ça, c’est vraiment spécial.»

Après un parcours surprenant en séries, les Timbers n’ont pu savourer un deuxième titre après avoir remporté la coupe MLS en 2015.

«Je suis extrêmement fier du travail que nous avons accompli tout au long de la saison, a souligné l’entraîneur-chef des visiteurs Giovanni Savaarese. D’être capable de se rendre en finale, pour la consécration, nous avons affronté plusieurs équipes qui nous ont donné du fil à retordre.»

Depuis l’arrivée des sports majeurs à Atlanta, en 1966, la seule autre formation à avoir mis la main sur un championnat l’a également fait sur un terrain de soccer. Les Chiefs d’Atlanta avaient soulevé le plus important trophée de la North American Soccer League lors de sa saison inaugurale, en 1968.

Après un début de match endiablé, les choses se sont rapidement envenimées et les spectateurs n’ont pas hésité à faire savoir leur mécontentement envers l’arbitre Alan Kelly.

C’est à la suite d’un jeu brisé que l’Atlanta United a pris les devants. Les Timbers ont voulu dégager le ballon, mais un tacle glissé du défenseur Parkhurst a envoyé l’objet vers le filet d’Attinella. Martinez a réussi à prendre possession du ballon aux dépens de Jeremy Ebobisse et il a enfilé l’aiguille.

Les Timbers ont finalement donné des signes de vie à la 42e minute. Cherchant à réparer son erreur, Ebobisse s’est blotti derrière la défensive du United et il s’est retrouvé seul devant le filet pour recevoir un centre. Sa tête était bien placée, mais le gardien Brad Guzan a plongé à sa droite pour pousser le ballon hors cible.

Il n’en fallait pas plus au United pour se distancer de leurs adversaires. Placé sur le flanc gauche, Almiron a envoyé son coup franc dans la surface de réparation. Martinez, le joueur le plus utile de la MLS et le gagnant du Soulier d’or, a soulevé le ballon de la tête vers la droite du filet, où l’attendait Escobar.

«Le premier but sera toujours excessivement important, d’une façon ou d’une autre, a mentionné Guzan. Le deuxième but leur a vraiment scié les jambes.»

Il s’agissait du deuxième but des séries d’Escobar, mais du plus important aux yeux des 73 019 spectateurs présents.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!