The Associated Press

FOXBOROUGH, Mass. — Sony Michel a amassé 129 verges par la course et il a inscrit trois touchés, guidant les Patriots de la Nouvelle-Angleterre vers une victoire facile de 41-28 contre les Chargers de Los Angeles, dimanche.

Les Patriots accèdent à la finale de l’Association Américaine de la Ligue nationale de football pour une huitième fois consécutive. Ils rendront visite aux Chiefs de Kansas City, une équipe que les hommes de Bill Belichick avaient vaincue 43-40 à Foxborough, lors de la sixième semaine d’activités.

Les Patriots ont conclu la saison avec une fiche parfaite de 9-0 à domicile.

Il s’agit de la 13e apparition en finale de l’Américaine des Patriots depuis le début de l’ère Tom Brady-Belichick. Les Chargers n’ont pas joué pour une place au Super Bowl depuis 2007.

«Ce sera une bonne partie, a mentionné Brady à propos du match revanche contre les Chiefs. C’est une bonne équipe. Tout le monde croit que nous ne sommes pas assez bons et que nous ne pouvons pas gagner ces matchs. Nous verrons. Je crois que ce sera très amusant.»

Le quart des Chargers Philip Rivers a complété 25 de ses 51 passes pour des gains aériens de 331 verges. Rivers a lancé trois passes de touché ainsi qu’une interception et il montre un dossier de 0-5 à Foxborough, dont une fiche de 0-3 en séries.

Brady a pour sa part vu 34 de ses 44 passes être saisies, dont une pour un majeur, et il a amassé 343 verges par la voie des airs. Il revendique un dossier de 8-0 en tant que partant contre Rivers, qui a pour sa part glissé à 1-8 en carrière contre les Patriots.

James White a obtenu 97 verges et il a égalé un record des séries de la NFL avec 15 attrapés. Darren Sproles détient aussi cette marque. Le receveur des Patriots Julian Edelman a capté neuf ballons pour des gains de 151 verges.

«C’était bien de voir Sony transporter l’attaque au sol, a indiqué Edelman. Rex (Burkhead) était là aussi et il a marqué. James a continué à jouer comme il le fait si bien. Sony était un peu comme notre cheval de bataille.»

Les Patriots ont inscrit un touché lors de leurs quatre premières possessions de ballon de la rencontre et ils menaient 35-7 à la demie.

Les Chargers ont ouvert la machine et ils ont franchi la ligne des buts trois fois en deuxième demie, mais le mal avait déjà été fait.

Les Chargers ont perdu à l’étranger pour seulement une deuxième fois cette saison (8-2) et pour une première fois hors de Los Angeles. Ils s’étaient inclinés contre les Rams lors de la troisième semaine de la NFL.

«Nous nous sommes creusé un trou en première demie, a analysé l’entraîneur-chef des Chargers, Anthony Lynn. Un match ne définit pas où nous en sommes en tant qu’équipe.»

Rivers semblait prêt à garder les Chargers dans la rencontre lorsqu’il a rejoint Keenan Allen sur 43 verges pour le premier touché des siens, dès leur première possession. Il s’agissait du plus long touché de la carrière d’Allen.

Les succès ont toutefois été éphémères. Les Chargers ont dégagé lors de leurs quatre possessions suivantes en première demie.

Du côté des Patriots, ils ont été très efficaces dans les 30 premières minutes de l’affrontement. Ils ont été cinq en cinq dans la zone payante et cinq en six en troisième essai.

La troupe de la Nouvelle-Angleterre n’a pas dégagé le ballon avant les dernières minutes du deuxième quart, mais Desmond King a échappé le ballon et les Patriots ont repris possession.

Ce revirement a profité à l’équipe locale, qui a marqué un touché quatre jeux plus tard. Michel a porté le ballon sur cinq verges pour le majeur. Il a récolté 105 verges en 16 courses lors de la première demie.

«Nous nous sommes fait botter les fesses», a simplement conclu Lynn.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!