WASHINGTON – Les Ligues majeures de baseball et l’Association des joueurs auraient conclu une entente jeudi afin de resserrer leur politique antidopage, a indiqué le quotidien New York Times sur son site Internet.

Cela signifie que des tests sanguins pour dépister les hormones de croissance ainsi qu’un nouveau test conçu pour démasquer les joueurs qui utilisent de la testostérone seront effectués durant la saison.

Ces améliorations au programme antidopage des Ligues majeures les placent loin devant la NFL, qui n’effectue présentement aucun test pour détecter les hormones de croissance.

Le baseball a été le premier sport professionnel aux États-Unis à adopter un système de dépistage des hormones de croissance, en novembre 2011. Cette entente n’était cependant effective que durant le camp d’entraînement printanier et la saison morte.

Cette décision survient au lendemain d’un moment gênant pour les Ligues majeures — aucun ex-joueur n’a été retenu mercredi pour faire son entrée au Temple de la renommée du baseball.

De nombreux candidats qui en étaient à leur première année d’éligibilité, dont Barry Bonds et Roger Clemens, ont été écartés en raison de leurs liens avec les drogues de performance.

La NFL et son syndicat des joueurs ont déclaré en 2011 qu’ils avaient accepté d’instaurer des tests sanguins servant à dépister les hormones de croissance. Depuis ce temps, les joueurs ont exprimé des réserves et aucun protocole de dépistage n’a été mis sur pied par la ligue.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!