Paul Chiasson / La Presse Canadienne George St-Pierre.

MONTRÉAL – Georges St-Pierre a demandé au président de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), Dana White, d’affronter Nick Diaz à son prochain combat car selon le Québécois, «c’est le combat que tout le monde veut voir».

En raison de tout ce que représente St-Pierre pour l’UFC, White a accepté et les deux hommes s’affronteront à Montréal, dans le cadre du gala UFC 158, le 16 mars prochain.

«Georges St-Pierre est un grand champion, un gars super et il a été très bon pour cette compagnie, a indiqué White. Alors s’il dit qu’il veut un combat, nous allons tenter de le lui obtenir. Je sais que Nick veut ce combat, alors tout fonctionne.»

Champion des mi-moyens, St-Pierre (23-2) gardait toujours en tête la possibilité de se frotter à Johnny Hendricks (14-1) lors de ce gala, puisque son combat contre Diaz (26-8, 1 sans décision), prévu lors du UFC 137, avait été annulé parce que Diaz ne s’était tout simplement pas présenté pour deux conférences de presse dans le but de mousser l’événement.

«Je ne dis pas qu’on a tenté de me piéger la dernière fois, mais je crois que quand c’est clair, je respecte mes engagements, s’est défendu Diaz. Ce n’était pas très professionnel de ma part, mais j’ai appris la leçon.»

L’UFC l’avait alors remplacé par Carlos Condit, mais le combat avait dû être repoussé en raison d’une blessure de St-Pierre. Ce dernier était d’ailleurs soulagé de voir Diaz à la conférence de presse de mercredi matin, au Centre Bell, et il estime que l’Américain de 29 ans mérite la chance de se battre pour sa ceinture.

«On est dans la ‘business’ du divertissement et présentement, c’est le combat que tout le monde veut voir, a répondu St-Pierre. C’est le plus gros combat qu’on peut faire, et je trouve sincèrement que Diaz mérite son combat.

«J’avais l’option d’affronter Hendricks, mais c’est le combat que Diaz voulait, que je voulais et que tous veulent voir, donc, c’est le combat qu’on va faire.»

Après une inactivité de 19 mois, St-Pierre livrera un deuxième combat en quatre mois. Aurait-il préféré obtenir une plus longue pause entre ces deux duels?

«C’est ce que je voulais, je voulais me remettre dans l’action très rapidement, a-t-il expliqué. Et je pourrai toujours me reposer quand je serai mort.»

Malgré toute l’animosité qu’ont éprouvé l’un pour l’autre les deux hommes par le passé, cette conférence de presse s’est plutôt déroulée dans une relative bonne entente. Les journalistes ont tenté en plusieurs occasions de faire parler les deux pugilistes sur leurs sentiments respectifs l’un pour l’autre, sans succès. Diaz aurait bien aimé obtenir sa chance plus tôt, tandis que St-Pierre n’aime pas que Diaz veuille lui prendre sa ceinture et sa place.

En fait, la seule petite flèche de tout l’avant-midi aura finalement été décochée par Diaz.

«Il paraît qu’ils ne font pas de tests antidopage ici», a indiqué Diaz à propos de Montréal. St-Pierre est souvent accusé par ses adversaires de ne pas carburer qu’à l’eau claire. Le Québécois s’en formalise peu et White s’est empressé de préciser que «tout est testé».

«Je crois que Diaz était surtout inquiet pour lui: on sait tous que c’est un consommateur de marijuana, a répliqué St-Pierre avec les journalistes. Ce n’est pas la première fois qu’on me lance ces accusations. Ça ne me dérange pas. Je sais que je suis au naturel.»

Un «Super Six» de l’UFC

Par ailleurs, White a annoncé que l’événement du 16 mars prochain se voulait un tournoi à six pour l’obtention de la ceinture des mi-moyens. Outre la finale opposant St-Pierre à Diaz, Condit affrontera Rory MacDonald et Hendricks sera opposé à Jake Ellenberger.

White a ensuite confirmé que les vainqueurs s’affronteront plus tard en 2013.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!