DUNEDIN, États-Unis – Le premier-but Justin Morneau dit être prêt à jouer à n’importe quelle position pour le Canada à la Classique mondiale de baseball, contrairement à Russell Martin.

«Je n’ai pas d’objection à être frappeur de choix, peu importe où on veut m’utiliser, je vais le faire», a dit l’étoile des Twins du Minnesota, originaire de New Westminster, en Colombie-Britannique.

Habituellement receveur, Martin, originaire de Chelsea, au Québec, a signé un contrat avec les Pirates de Pittsburgh en tant que joueur autonome au cours de la saison morte. Il a déclaré dimanche qu’il ne représenterait finalement pas le Canada, car il ne serait pas utilisé comme arrêt-court.

Martin, expliquant sa décision en parlant de la fatigue, a dit qu’il ne voulait pas jouer comme receveur et autant les Pirates que l’équipe canadienne n’étaient pas confortables avec l’idée de l’utiliser à une autre position.

«Il est un frappeur établi dans les majeures qui a connu du succès, il va donc certainement nous manquer, a déclaré Morneau mardi. Mais nous allons pouvoir compter sur quelqu’un qui veut être là, qui va être honoré de revêtir l’unifolié et de faire partie de l’équipe. Peu importe qui ce sera, il va trouver le moyen d’accomplir le travail.»

Les nouvelles fournies par Morneau étaient plus positives du côté de l’étoile des Reds de Cincinnati Joey Votto. Ce dernier a envoyé un message à Morneau il y a quelques jours, indiquant que «tout allait bien».

«Nous comptons donc pouvoir l’avoir avec nous (…) ce qui sera énorme, a dit Morneau. Il est probablement le meilleur frappeur gaucher des majeures présentement. Ça fera toute une différence de l’avoir dans notre formation.»

Votto, joueur par excellence dans la Nationale en 2010, s’est blessé à un genou la saison dernière et a dit qu’il jouerait pour le Canada s’il était en santé.

Quand on lui a demandé s’il jouera au premier but tandis que Votto sera le frappeur de choix, Morneau a dit que tout dépendra probablement de l’état de santé de Votto.

«Si nous sommes meilleurs défensivement avec lui, je n’ai pas de problème avec ça. Si nous sommes meilleurs défensivement avec moi, je n’ai pas de problème avec ça, a-t-il ajouté. Ça ne me dérange pas. Peu importe ce qui nous donne les meilleures chances de gagner.»

Quand on lui a demandé s’il pouvait jouer à l’arrêt-court, Morneau a répondu: «Pas depuis que j’ai 12 ans. J’avais commis trois erreurs et on ne m’a jamais remis là.»

Chris Robinson, de Dorchester, en Ontario, et qui évolue au niveau AAA dans le club-école des Orioles de Baltimore, représente une autre option au poste de receveur. Cale Iorg pourrait jouer à l’arrêt-court.

Quand on lui a demandé s’il était fâché de la décision de Martin, Morneau a simplement répondu qu’il avait de la difficulté à comprendre les raisons du Québécois.

Si le receveur avait simplement dit qu’il souhaitait s’acclimater à sa nouvelle équipe et au personnel de lanceurs, Morneau croit que tout le monde aurait compris.

«Mais l’idée de jouer à une autre position, c’était quelque chose qui, je crois, a fait douter un peu tout le monde de ses intentions. Mais quand le tournoi va commencer, nous pourrons compter sur des joueurs qui veulent être là, qui sont contents d’être là et avec quelqu’un qui est capable de jouer à l’arrêt-court.

«Évidemment, il va nous manquer un peu, mais nous devons passer à autre chose. D’autres joueurs vont aussi nous manquer, mais c’est comme ça pour toutes les équipes.»

Les joueurs canadiens vont débuter leur camp le 3 mars prochain à Goodyear, en Arizona, et ils amorceront la Classique mondiale de baseball face à l’Italie, le 8 mars.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!