MONTRÉAL – Après avoir fait face à ses démons, Dierry Jean livrera un autre combat, dans moins d’un mois, mais dans un environnement qui lui est beaucoup plus familier: entre des câbles, muni de gants de boxe et face à un être humain en chair et en os… dont l’identité demeure inconnue pour l’instant.

Le 14 mars au Centre Bell, Jean mettra un terme à une inactivité qui aura duré près de six mois, dont les trois derniers à se chercher et à tenter de mettre de l’ordre dans sa vie, lors d’un affrontement préliminaire au duel de championnat du monde unifié des mi-lourds entre Jean Pascal et Sergey Kovalev.

À l’origine, Jean s’attendait à se mesurer à l’Américain Henry Lundy dans un combat de dix rounds, mais les négociations entre les deux clans ont achoppé. Selon Stephan Larouche et Mike Moffa, l’entraîneur de Jean, la liste potentielle d’adversaires se résume à trois noms, qu’ils n’ont pas voulu identifier.

Pour Jean (27-1-10, 19 KO), il s’agira d’une première sortie dans un ring depuis sa victoire par mise hors de combat contre le Mexicain Daniel Ruiz, le 27 septembre, au Centre Bell.

Moins de six semaines plus tard, il faisait son entrée à la Maison Jean-Lapointe pour y livrer une lutte d’une toute autre ampleur, contre une dépendance à l’alcool et aux jeux. Il y a fait une cure fermée de 28 jours et il continue de fréquenter l’établissement à raison de deux fois par semaine.

Présent à une conférence de presse au gymnase du groupe InterBox mardi, le pugiliste haïtien est apparu souriant, serein et détendu. Surtout, il s’est dit transformé.

«J’avais atteint les bas-fonds, et c’est là que j’ai demandé de l’aide, a déclaré Jean, sans éviter une seule question sur le sujet. Je suis allé en thérapie et ça m’a donné un bon départ et après, ça ne m’a plus tenté de toucher à l’alcool. Aux temps des Fêtes, ça ne m’a pas dérangé. Je peux être avec des gens qui consomment devant moi et ça ne me dérange pas.

«C’est arrivé juste à temps, ajoute Jean, en parlant de la décision d’aller en cure de désintoxication. J’ai 32 ans, je vais avoir 33 ans le 20 avril. C’est l’âge parfait pour devenir champion du monde, défendre le titre une ou deux fois et prendre ma retraite. J’espère que mon prochain rival va être en forme, parce que je vais lu montrer que je suis un nouveau Dierry Jean.»

Selon Moffa, Jean a commencé à emprunter une route dangereuse il y a un peu plus d’un an, après sa défaite par décision unanime aux mains de Lamont Peterson lors d’un combat de championnat du monde présenté à Washington, D.C., le 25 janvier 2014. Un revers qui l’a démoralisé, selon Moffa. Treize mois plus tard, celui-ci a l’impression que son protégé a retrouvé la voie qui le mènera au succès.

«Présentement, je me sens comme si on avait gagné une grosse bataille. (Dierry) est un gars talentueux, et il peut devenir champion du monde avec les sacrifices qu’il accepte de s’imposer. Ça n’a pas été difficile de le convaincre, car il savait qu’il allait nulle part. C’est lui qui nous a dit qu’il était prêt. Je ne sais pas ce qui lui serait arrivé. Peut-être qu’on l’aurait mis dehors de l’équipe, mais c’est quelque chose que Camille Estephan ne veut pas faire. Peut-être qu’on l’aurait perdu de vue, et on n’aurait pas pu l’aider comme on l’a fait.»

De son propre aveu, Jean pouvait disputer un combat et, dans les jours suivants, se lancer dans l’alcool. Le retour dans le gymnase était toujours plus ardu.

«J’étais plus un alcoolique par période. Après un combat, je partais sur une ‘brosse’ pendant une semaine et quand je recommençais (l’entraînement), j’avais perdu la forme et je devais recommencer à zéro. Je n’arrivais pas évoluer dans mes performances. J’ai compris qu’il fallait que je prenne soin de moi, que je me réveille. Et je me suis réveillé au bon moment.»

Encore beaucoup de détails restent à régler en ce qui a trait au volet préliminaire de cette soirée de boxe, mais il est déjà assuré que le Sorelois David Théroux et le Montréalais Yves Ulysse seront de la partie, contre le Polonais Lukasz Janik (13-9-1, 7 KO) et Miguel Antoine (17-1-1, 9 KO), de la Barbade, respectivement. Théroux et Ulysse, deux pugilistes évoluant chez les super-légers, affichent des dossiers tout à fait identiques de cinq victoires, dont trois avant la limite, en cinq combats.

Le Roumain Bodgan Dinu devrait également être au programme.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!