MONTRÉAL – Tout comme en février dernier, les dirigeants de Tennis Canada pourraient bien être informés à la toute dernière minute de la présence, ou non, d’Eugenie Bouchard à la prochaine étape de la Fed Cup. En attendant, ils espèrent que la ville qu’ils ont choisie pour le match de barrage de la mi-avril, contre la Roumanie, sera un atout pour convaincre la talentueuse montréalaise d’y participer.

En matinée mardi, Tennis Canada a confirmé que cette importante confrontation sera présentée à Montréal, plus précisément sur surface dure à l’Aréna Maurice-Richard, les 18 et 19 avril. La Fed Cup effectuera ainsi une quatrième escale consécutive en terre québécoise, et une deuxième à Montréal en moins de 15 mois.

«Oui, c’est sûr que c’est l’un des éléments qui favorisent la participation d’Eugenie, a reconnu Eugène Lapierre, vice-président à Tennis Canada, en entrevue avec La Presse Canadienne mardi. Elle aime bien jouer devant les siens et son monde ici à Montréal», a-t-il fait remarquer, tout en ajoutant que les villes d’Ottawa et de Calgary avaient aussi été envisagées.

Mais Lapierre se garde bien de faire preuve d’optimisme. En fait, il était incapable, mardi, d’en mesurer le niveau.

«Je ne pourrais pas donner d’indications à ce niveau-là. Je ne veux pas être trop optimiste, et je ne veux pas être trop négatif non plus. Je suis un peu entre les deux, présentement.»

La confrontation est importante car la nation gagnante évoluera au sein du Groupe mondial en 2016, tandis que la perdante sera reléguée au Groupe mondial II, duquel est sorti le Canada il y a un an à peine. La présence de Bouchard sera encore plus vitale pour le Canada si la Roumanie confirme la participation de Simona Halep et d’Irina-Camelia Begu, respectivement classées 3e et 34e au monde.

Les deux équipes doivent annoncer la composition de leur équipe exactement 10 jours avant le début de la compétition. À un mois presque jour pour jour de cet échéancier, Lapierre affirme que les discussions sont en cours avec le clan Bouchard.

«On n’a pas besoin de la convaincre, elle connaît l’importance des rencontres internationales pour le Canada et pour elle-même. Elle a choisi de ne pas jouer la dernière fois, en février, à Québec, pour se donner toutes les chances de bien réussir sur la scène internationale. On espère que cette fois-ci, elle va penser que ça ne dérangera pas trop son horaire de tournois. Tous les joueurs qui sont dans le top-10 mondial, autant chez les hommes que chez les femmes, prennent ce genre de décision de façon un peu spontanée. On espère qu’elle va choisir de jouer la prochaine rencontre», a déclaré Lapierre.

L’absence d’une joueuse du calibre de Bouchard à un événement comme la Fed Cup n’a rien d’un phénomène rare. Le week-end dernier, lors du premier tour du Groupe mondial de la Coupe Davis, d’aussi grandes pointures que Roger Federer et Stanislas Wawrinka, pour la Suisse, et Tomas Berdych, pour la République tchèque, ont pris congé. Federer a même annoncé qu’il sera totalement absent de la Coupe Davis en 2015 après avoir aidé son pays à mettre la main sur le premier Saladier d’argent de son histoire en 2014.

Lapierre rappelle que les joueurs vedettes dans le monde, ceux étant classés parmi les 10 meilleurs, vont prendre ce genre de décisions parce que leur gagne-pain est d’abord et avant tout le circuit de l’ATP pour les hommes et de la WTA chez les dames.

«Connaissant la nature des joueurs professionnels, ils aiment se garder le plus de portes ouvertes possibles, et voir comment les choses se déroulent dans leur compétition. On va attendre avec beaucoup de patience et de confiance», a fait remarquer Lapierre en faisant allusion à la décision de Bouchard.

«On va respecter le choix d’Eugenie Bouchard à ce titre, mais on souhaite qu’elle vienne jouer», a-t-il renchéri.

En février 2014, alors que le Canada évoluait dans le Groupe mondial II, Bouchard et Aleksandra Wozniak avaient mené l’unifolié vers une victoire contre la Serbie. Deux mois plus tard, au PEPS de l’Université Laval à Québec, Bouchard et Wozniak avaient de nouveau uni leurs efforts pour défaire la Slovaquie et qualifier le Canada dans le Groupe mondial en vue de 2015.

Mais en février dernier, autant Bouchard que Wozniak ont raté le rendez-vous contre la République tchèque, au PEPS, pour des motifs bien différents. Pendant que Wozniak était à l’écart en raison d’une opération à l’épaule droite, réalisée à l’automne dernier, Bouchard a fait impasse pour se concentrer sur sa préparation avec son nouvel entraîneur, Sam Sumyk.

Du coup, le Canada s’est présenté avec les jeunes et inexpérimentées Gabriela Dabrowski et Françoise Abanda face aux championnes en titre. Même privée de deux des meilleures joueuses au monde en Petra Kvitova et Lucie Safarova, la République tchèque l’a facilemement emporté, 4-0, forçant le Canada à disputer ce match de barrage le mois prochain.

Selon Valérie Tétreault, coordonnatrice des communications et des relations médias à Tennis Canada, il est peu probable que Wozniak soit de la partie à Montréal, puisqu’elle ne sera vraisemblablement pas rétablie de son opération.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!