BOCA RATON, États-Unis – Bryan Murray a dévoué presque toute sa vie adulte au hockey. Il souhaite maintenant que les années qui lui restent à vivre servent à préserver celle des autres.

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa a révélé qu’il souffrait d’un cancer du colon de stade 4 en novembre afin de conscientiser la population à l’importance de se soumettre à des examens préventifs. Cette décision a eu un impact dans le monde du hockey, certes, mais également au-delà de celui-ci.

Le Dr Robin Boushey a dit à Murray «qu’en faisant simplement cette annonce, des hommes dans la trentaine sont venus à mon cabinet. Nous avons détecté de nombreux cas de patients qui présentent les premiers symptômes d’un cancer».

Son neveu Tim Murray, directeur général des Sabres de Buffalo, s’est soumis à une coloscopie le 21 janvier. Il n’est pas le seul à l’avoir fait à cause de Bryan Murray.

«Il a tellement d’influence dans le monde du hockey que son message a rejoint beaucoup de personnes, a dit Tim Murray. Nous avons reçu des tas de courriels et de textos pour nous dire que des gens avaient appris qu’ils présentaient les premiers symptômes d’un cancer du colon simplement en se soumettant à un examen médical, à cause du message lancé par Bryan.

«Sauver une vie, ça n’a pas de prix. Combien de patients seront sauvés? Des centaines, des milliers? Personne ne le sait.»

Murray, qui a été honoré par ses collègues pour l’ensemble de sa carrière dans le hockey lundi soir, poursuit ses traitements de chimiothérapie. Son médecin lui a indiqué que son état de santé «ne s’améliorait pas», mais lui a permis de demeurer actif et de poursuivre ses activités professionnelles.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!