Paul Chiasson Andrew Hammond Mark Borowiecki. Paul Chiasson / La Presse Canadienne

MONTRÉAL – En défaisant les Sénateurs d’Ottawa 3-2 en prolongation vendredi, le Canadien a remporté les deux premiers matchs des séries, qu’il a entamées à domicile pour la première fois depuis 2008.

Cette année-là, le Tricolore avait pris les devants 2-0 dans la série de premier tour l’opposant aux Bruins de Boston. Il avait finalement éliminé les Bruins au bout de sept matchs.

Cette année, la série contre les Sénateurs est également loin d’être terminée parce que les Sens sont à leur mieux justement quand ils sont dans les câbles, comme ils l’ont maintes fois démontré au cours de la lutte de tous les instants qu’ils ont livrée afin d’accéder aux séries.

À chaque fois qu’on croit qu’ils sont rendus à bout de ressources ou que leur ballon va se dégonfler, ils reviennent plus fort.

«Je me rappelle qu’il y a trois ans, nous avions pris l’avance 2-0 dans la série de premier tour contre les Bruins et que nous menions 3-1 avant la troisième période du premier match disputé au Centre Bell, a évoqué le défenseur P.K. Subban. Nous avons perdu le match et les Bruins ont ultimement remporté la série en sept rencontres.»

«Le message que je vais passer à mes coéquipiers, a continué Subban, c’est que les Sénateurs vont jouer leur meilleur match de la saison dans la troisième rencontre de la série à Ottawa. Nous devrons être prêts parce que les Sénateurs auraient pu facilement retourner à Ottawa avec une égalité de 1-1 dans la série.»

L’ailier Max Pacioretty a souligné que les Sénateurs sont à l’aise dans le rôle de négligés, qu’ils vont camper à leur retour au Centre Canadian Tire. L’attitude décontractée que les joueurs des Sénateurs affichait à l’issue de la soirée tend à lui donner raison.

«Nous ressentons un sentiment d’urgence, mais il n’y a aucune panique, a réagi le défenseur Mark Borowiecki. Nous accusions à un moment donné un retard de 14 points dans la lutte pour l’obtention d’une place en séries éliminatoires. Si nous étions encore en saison régulière, nous parlerions d’un retard de quatre points. Ce n’est rien ça. Nous devons jouer de façon un peu plus détendue, tout en affichant un plus fort sentiment d’urgence.»

Borowiecki a accordé un vote de confiance au gardien recrue Andrew Hammond, qui a paru chancelant par moments dans les deux premiers matchs.

«Il est très solide pour nous, et ce n’est pas le moment de tout chambarder ou de perdre confiance à l’endroit d’un coéquipier. Le gars nous a tellement rendu de précieux services. Il est détendu et en contrôle devant le filet. On parle d’un gardien recrue qui a fait ses débuts en séries dans un des amphithéâtres les plus hostiles de la Ligue nationale. C’est énormément de pression pour lui. Il a réalisé de superbes arrêts et je suis convaincu qu’il va continuer d’en faire.»

L’entraîneur Dave Cameron a dit que ses troupiers doivent trouver une façon de remporter un match.

«Nous ne voulions pas retourner à domicile en retard de deux matchs, mais c’est le sport, a dit Cameron. Nous devons gagner un match, et nous allons continuer d’adopter l’attitude qui nous a permis de connaître du succès en saison régulière, celle qui consistait à se concentrer uniquement sur le prochain match.»

Dans les deux premières rencontres, les Sénateurs ont été dominés 6-2 au score uniquement en deuxième période.

«C’est une pure coïncidence», a répondu Cameron.

Pour revenir au Canadien, Pacioretty était très heureux d’avoir réussi un but à son retour au jeu.

«Quand je pensais à mon retour, je tenais à ce qu’il se fasse au Centre Bell, a-t-il mentionné. C’était très frustrant pour moi de suivre le déroulement du premier match à la télévision. J’étais dans le vestiaire et j’étais incapable de rester trop longtemps devant l’écran, tellement j’étais trop stressé.»

Pacioretty satisfait

Pacioretty s’est dit satisfait de son rendement à son retour au jeu, particulièrement après le premier vingt.

«C’est difficile de renouer avec la compétition après une blessure. Deux semaines, ce n’est pas très long comme période d’inactivité, mais on ne sait jamais à quoi s’attendre en séries parce que le jeu est rapide et intense.»

Therrien a noté qu’on n’aurait pas dit que Pacioretty avait été inactif pendant presque deux semaines.

«Il était très motivé, ça se voyait. Il a été un joueur important pour nous. Il a marqué un gros but. Ça ne paraissait pas qu’il effectuait un retour au jeu. Il était à 100 pour cent de ses capacités, et c’était tout ce qui comptait pour nous», a résumé l’entraîneur.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!