OTTAWA – Les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas rendu leur dernier souffle. Craig Anderson a repoussé les 28 lancers du Canadien et Mike Hoffman a rompu l’égalité en troisième période afin de propulser les Sens vers un gain de 1-0 devant 20 500 spectateurs au Centre Canadian Tire.

Le Tricolore a raté l’occasion de compléter le balayage d’une 23e série dans son histoire. Il demeure bien en selle, en avant 3-1 dans cette série quarts de finale de l’Association, et il tentera de se reprendre au Centre Bell, vendredi.

«C’est toujours décevant de perdre un match, mais nous devons regarder le portrait global, a commenté l’entraîneur Michel Therrien. Nous avons réussi à gagner un des deux matchs à Ottawa, un endroit peu commode où jouer. Nous retournons à la maison, où nous profiterons de l’énergie de la foule. Nous avons déjà hâte.»

Les Sénateurs ont délaissé le style ‘bulldozer’ des trois premières confrontations, en s’appliquant à minimiser les erreurs en défense.

«Nous avons demandé au deuxième attaquant en échec-avant d’être moins combatif, plus patient, a expliqué l’entraîneur des Sens, Dave Cameron. Dans les trois premiers matchs, nous avons trop souvent couru des risques en fonçant trop en zone adverse. Le Canadien possède une relance rapide. On se faisait souvent avoir.»

La décision de Cameron de muter Hoffman au sein d’un trio à caractère offensif a également rapporté des dividendes.

«J’ai fait le changement en début de rencontre, en me basant sur ce que Hoffman m’avait montré dans le troisième match, a relaté l’entraîneur. Je l’avais trouvé fiable en défense et il l’était de nouveau. J’ai pris la décision et il m’a récompensé.»

Therrien n’a pas trouvé que ses troupiers avaient connu une baisse de régime. Il a parlé d’un autre match serré qui aurait pu tourner à l’avantage du Canadien.

«Les deux gardiens ont fait des arrêts importants. Ce n’est pas comme si les équipes n’avaient pas eu de chances de marquer», a-t-il relevé.

Devant son filet, Carey Price a été mis à l’épreuve 32 fois.

Approche payante

On se serait attendu à ce que les Sénateurs sortent encore comme des enragés. Mais non. On a adopté une approche différente, moins percutante disons.

L’égalité de 12-12 au chapitre des mises en échec à l’issue de la première période l’illustrait bien.

Le Canadien a obtenu plus de 3:30 minutes de temps de jeu en supériorité numérique, sans parvenir à se montrer menaçant.

Les équipes demeuraient au coude à coude après 40 minutes de jeu, à la recherche d’un premier but.

Les Sénateurs ont provoqué les plus belles occasions de marquer pendant leur deuxième jeu de puissance, vers la fin du deuxième tiers.

Le CH, lui, a continué de peiner à sa troisième attaque massive de la soirée. Il a eu sa meilleure chance de la période en infériorité, à la 16e minute. Brandon Prust a pu filer seul du centre de la patinoire et il a tenté une feinte qui n’a pas abouti.

«Je savais que j’avais du temps et, rendu à la ligne bleue, ma décision de tenter cette feinte était prise, a expliqué Prust. J’ai manqué d’espace et je n’ai pas pu faire glisser la rondelle entre le poteau et sa jambière.

«Par après, a-t-il repris, vous vous dites que vous auriez peut-être dû soulever la rondelle dans le haut du filet. Mais sur le coup, je croyais faire suffisamment vite pour déjouer le gardien.»

En ouverture de troisième, les hôtes ont mis plus de tigre en échec-avant. Les visiteurs géraient bien la pression jusqu’à ce que Hoffman ne profite d’une brèche à 9:05.

Après avoir reçu la passe de Cody Ceci, Hoffman a eu le temps de viser dans la partie supérieure du filet à l’aide d’un tir des poignets.

Peu de temps auparavant, le Canadien avait perdu les services du défenseur recrue Greg Pateryn, blessé.

«Il est correct», s’est borné à dire Therrien, en lien avec Pateryn.

Dans les dernières minutes de jeu, le CH n’a pas eu de chances réelles de même orchestrer des attaques.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!