Paul Chiasson Evan Bush. Paul Chiasson / La Presse Canadienne

MONTRÉAL – Les joueurs de l’Impact disent savoir à quoi s’attendre de leurs adversaires de Club América lors du match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF, mercredi soir.

Après avoir arraché un verdict nul de 1-1 à l’Estadio Azteca la semaine dernière, la troupe de Frank Klopas peut confirmer une place à la Coupe du monde des clubs de la FIFA avec une victoire ou un nul de 0-0.

Le mot d’ordre sera donc d’éviter de concéder un but, tout en cherchant à profiter des occasions à l’attaque, quand les joueurs en bleu-blanc-noir fouleront le gazon synthétique du Stade olympique devant une foule d’environ 60 000 spectateurs, la plus importante dans l’histoire de l’équipe.

«Il ne va pas falloir faire n’importe quoi, il faudra rester organisé, a rappelé le défenseur central Laurent Ciman. Nous avons réussi à marquer à l’étranger et il faudra garder le zéro derrière nous. Je pense qu’il faudra essayer d’aller marquer parce que c’est toujours dangereux de jouer le 0-0. Il va falloir être fort physiquement et mentalement.»

Si l’Impact sera privé de son gardien régulier Evan Bush, suspendu à la suite d’une accumulation de cartons jaunes lors des derniers matchs, les joueurs de Club América auront peut-être les jambes un peu lourdes.

La formation mexicaine disputera un troisième match en seulement huit jours, incluant un duel contre le Chivas de Guadalajara, dimanche soir, qui s’est soldé par un verdict nul de 1-1.

L’entraîneur-chef de Club América, Gustavo Matosas, avait déclaré avec confiance après le match aller que son équipe serait en mesure de gagner à Montréal puisqu’elle avait obtenu de nombreuses occasions de marquer. Les membres de l’Impact ont cependant évité de s’engager dans une guerre de mots.

«Ce n’est pas insultant, a dit l’entraîneur-chef de l’Impact, Frank Klopas. C’est sur le terrain que ça se passe. On verra mercredi soir. Je crois qu’il est important de rester humble dans la vie.»

Profiter de l’avantage du terrain

Ce qui fait aussi l’unanimité chez les membres de l’Impact, c’est qu’ils ont hâte de voir l’accueil des partisans montréalais. L’équipe a mis en vente environ 2000 billets supplémentaires lundi, faisant grimper la capacité totale du Stade olympique à 61 004.

«Je m’attends à une ambiance vraiment spéciale, a déclaré Ciman. Personnellement, je n’ai pas été impressionné par l’Azteca et le public mexicain. Je m’attends à être pas mal plus impressionné par l’engouement de nos supporters.»

Klopas a même admis préférer la situation de l’Impact sans Bush à celle de Club América avec un calendrier surchargé.

«J’aime notre situation parce que nous sommes à domicile, a-t-il mentionné. Je n’aurais pas pu espérer un meilleur scénario. Nous savions que ce ne serait pas facile à l’Azteca, mais nous nous retrouvons maintenant dans une bonne situation. Nous ne voulons pas sous-estimer qui que ce soit, mais nous sommes prêts.

«Ils comptent plusieurs bons joueurs, mais nous les connaissons et nous savons quelles sont leurs options. À moins qu’ils amènent Lionel Messi en renfort, rien ne va changer.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!