JASON FRANSON Selenia Iacchelli, Adriana Leon. JASON FRANSON / La Presse Canadienne

EDMONTON – Quand l’arbitre originaire de l’Ukraine Kateryna Monzul a signalé un penalty en temps ajouté dans le premier match du Canada, au Mondial féminin, plusieurs joueuses chinoises ont accouru vers elle pour argumenter.

Sans surprise, la plus vocale était Zhao Rong, dont le coup de coude a fait chuter Adriana Leon, ce qui a amené la sanction.

Il y a eu discorde (Sinclair a converti l’occasion pour un gain de 1-0), mais bien peu comparé à l’agitation plus tôt samedi en finale de la Ligue des Champions, entre Barcelone et Juventus.

Quand on a refusé un but à Neymar à cause d’une main, l’attaquant brésilien et ses coéquipiers de Barcelone ont vertement critiqué l’officiel de ligne qui en a jugé ainsi. Au fil du match, chaque décision amenait contestation ou désapprobation.

Les officiels semblent être plus respectés dans le soccer féminin et bravo, disent les officiels concernés.

«De mon expérience, la balle est beaucoup plus en jeu et il y a moins de simulation, a dit la Québécoise Carol-Anne Chénard, une des arbitres canadiennes au Mondial. Les filles jouent intensément et rapidement. J’ai quand même vu un peu de simulation et de confrontations, ces derniers temps, mais j’espère qu’on va pouvoir freiner ça. J’espère que le jeu va rester propre.»

Suite aux contacts, les joueuses ont tendance à simplement se relever, plutôt que de se tortiller comme un poisson qui vient d’être arraché de l’eau.

Il reste que Tatjana Haenni, qui supervise le soccer féminin à la FIFA, a elle aussi vu des signes qui tendent vers les aspects moins édifiants du jeu masculin.

«Oui, et ça m’attriste un peu, a dit Haenni, ancienne joueuse pour la Suisse. Peut-être que je suis trop rêveuse, mais j’espère que le soccer féminin va rester axé sur le fair-play. L’absence d’agressivité envers les officiels, c’est un contraste, ça fait partie de l’attrait. Mais avec la plus grande ampleur que j’entrevois pour le soccer féminin, j’ai une certaine crainte qu’on finisse par y retrouver les points négatifs du jeu masculin.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!