MONTRÉAL – Les actionnaires de Québecor ne devraient pas trop s’inquiéter de voir l’entreprise dépenser plus de 500 millions $ US pour obtenir éventuellement une équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH), d’après des analystes financiers.

Si la somme exigée est importante, ils estiment néanmoins que cela n’empêchera pas le conglomérat de continuer à procéder à d’importants investissements, entre autres dans son secteur des télécommunications.

«Oui c’est un gros montant, mais quand on regarde l’entreprise au complet, ce n’est pas dramatique, explique l’analyste Maher Yaghi, de Desjardins Marchés des capitaux. Pour nous, ce n’est pas un gros risque.»

Seulement quelques heures après l’annonce du commissaire Gary Bettman à propos du lancement d’un processus en vue d’une possible expansion, mercredi, Québecor (TSX:QBR.B) a confirmé son intention de soumettre une candidature.

La démarche de la LNH survient au moment où la direction de Québecor continue de peser le pour et le contre d’une éventuelle expansion pancanadienne dans le secteur du sans-fil pour devenir le quatrième joueur à l’échelle nationale.

«Cela (ne compromet) pas l’investissement que la compagnie pourrait effectuer dans le sans-fil, a expliqué M. Yaghi, au cours d’un entretien téléphonique. La compagnie continue de travailler sur d’autres projets.»

L’analyste dit ne pas s’attendre à ce qu’une équipe de la LNH génère rapidement d’importants profits pour Québecor, mais croit qu’elle va «donner de la notoriété» à sa filiale Vidéotron.

En plus d’être le diffuseur officiel francophone de la Ligue nationale, TVA Sports, qui n’est toujours pas rentable, se retrouverait également avec «plus de contenu intéressant», a concédé M. Yaghi.

Citant le classement du magazine Forbes, il a également rappelé que la valeur des équipes sportives s’améliorait avec le temps. Dans sa plus récente liste, trois équipes de la LNH — dont le Canadien de Montréal — valaient plus de 1 milliard $.

Un autre analyste, qui n’a pas voulu être identifié, a quant à lui souligné que Québecor avait démontré dans le passé sa capacité à intégrer de nouvelles activités, ce qui, selon lui, pourrait se répéter avec le circuit Bettman.

«Sans aucun doute, l’argent va couler à flot pour acquérir l’équipe (…) et les salaires des joueurs, a-t-il expliqué. Cela étant dit, regardez le classement de Forbes et vous allez constater que les franchises professionnelles sont prisées.»

Au premier trimestre terminé le 31 mars dernier, les liquidités de Québecor étaient de 163,5 millions $, en recul comparativement à 170,8 millions $ pendant la même période en 2014.

De leur côté, les profits ont glissé de 24,8 pour cent, à 29,4 millions $, ou 24 cents par action. Les revenus se sont appréciés de 5,7 pour cent, à 948,6 millions $

À court terme, l’exploitation d’une équipe de la LNH pourrait se traduire par des pertes financières, a concédé l’analyste, précisant toutefois que cela ne devrait pas miner la performance à long terme de la société, dont la valeur boursière est estimée à 3,86 milliards $.

L’analyste Eamon Hoey, de la firme Hoey, croit cependant que la LNH ne cadre pas dans les activités du conglomérat, qui, à son avis, devrait se «concentrer» sur sa stratégie agressive dans le secteur de la téléphonie mobile.

«L’ennemi, c’est BCE (TSX:BCE), affirme-t-il. C’est sur cela que Québecor doit se concentrer. Avec une équipe de la LNH, ça pourrait prendre de sept à 10 ans avant d’avoir des profits intéressants.»

M. Hoey a rappelé que Vidéotron compte maintenant plus de 623 000 abonnés à son service de téléphonie mobile. À son avis, cela est le résultat des efforts déployés par l’entreprise dans un secteur cadrant dans ses activités.

«Personne dans le domaine financier n’aurait prédit cela dans la téléphonie mobile, alors que d’autres ont fait faillite, a-t-il dit. Québecor pourrait prendre le 500 millions $ et le mettre dans la téléphonie mobile.»

La candidature que souhaite soumettre Québecor afin de mettre la main sur une concession du circuit Bettman n’a pas eu de répercussions sur son action, qui a clôturé jeudi à 31,41 $, en hausse de 5 cents, à la Bourse de Toronto.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!