TORONTO – Le Montréalais Francis Luna-Grenier aurait pu se satisfaire d’être devenu le premier haltérophile canadien à décrocher une médaille aux Jeux panaméricains de Toronto. Mais malgré sa médaille de bronze chez les moins de 69 kilos dimanche, il dit être resté sur son appétit.

Luna-Grenier a soulevé une barre de 132 kg à sa deuxième tentative à l’arraché, avant de réussir celle de 167 kg à son dernier essai à l’épaulé-jeté. Son total de 299 kg lui a permis de se classer troisième, derrière le Colombien Luis Mosquera Lozano (331) et le Mexicain Bredni Roque (317). Le cumulatif de Mosquera Lozano constitue un nouveau record panaméricain.

«À l’arraché, mes entraîneurs ne voulaient pas que je parte trop haut, a expliqué celui qui s’était classé 17e avec un total de 293 kg aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. J’étais supposé faire 132, 137 et 140 kg et je dois avouer que la barre montait bien. J’ai simplement commis une erreur technique qui m’a obligé à repasser à ce poids-là.

«Puis, à l’épaulé-jeté, j’ai trouvé ma première barre (à 164 kg) lourde et j’ai ensuite réalisé que mon corps a commencé à travailler à 167 kg, a-t-il souligné. J’aurais pu commencer ma compétition là, mais malheureusement elle s’est plutôt terminée là.»

L’athlète de 27 ans s’est donc dit légèrement déçu de sa performance, car son objectif à Toronto était d’offrir les mêmes performances qu’en mars dernier chez les moins de 77 kg — c’est-à-dire 140 kg à l’arraché et 178 kg à l’épaulé-jeté, pour un total de 318 kg.

«À l’entraînement, je sentais que tout mon corps ne travaillait pas à 100 pour cent — il était plutôt à 80 pour cent, selon moi. Il va donc falloir que je retourne à la table à dessins pour déterminer qu’est-ce qui a cloché à l’échauffement», a-t-il dit.

Luna-Grenier se dit prêt à réaliser des performances qui pourraient lui permettre de passer la barre psychologique des 300 kg au cumulatif. Selon lui, ce n’est d’ailleurs qu’une question de temps avant que ça se produise.

«Le corps était là pour lever plus, mais il n’a pas réussi à embarquer, a-t-il mentionné. Cependant, je sais que je suis prêt, et l’enjeu consiste toujours à sortir la performance au moment opportun. Je sais qu’il y a de la place pour l’amélioration, peut-être un cinq à 10 pour cent de plus que mon résultat de dimanche.»

Luna-Grenier s’est néanmoins dit heureux car il a finalement pu mettre la main sur la médaille qu’il convoitait tant depuis quelques années déjà.

«Ça faisait longtemps que j’espérais obtenir une médaille dans une grande compétition internationale, a admis celui qui avait notamment terminé quatrième l’an dernier aux Jeux du Commonwealth à Glasgow. D’une certaine façon, j’ai été docile car j’ai laissé mes entraîneurs décider de ma stratégie. Et ç’a payé, il faut croire.»

Luna-Grenier s’accordera maintenant quelques jours de congé avant de retourner à l’entraînement. Il devrait ensuite participer à une nouvelle phase de compétitions à compter du mois de novembre, en gardant à l’esprit son objectif de participer aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!