QUÉBEC – Un c’est bien, deux c’est encore mieux. Après avoir mis la main sur la Coupe Canada l’an dernier à Victoriaville, Oliver Tubb, de la Colombie-Britannique, aimerait bien retourner à la maison avec la coupe mise à l’enjeu pour l’Omnium du Québec Promutuel Assurance. Et aussi avec le chèque de 18 000 $ qui s’y rattache.

«C’est un trophée qui a beaucoup d’histoire, a-t-il expliqué, et de voir son nom accolé à celui de quelques grands noms du golf, c’est toujours spécial. J’ai participé, il y a quelques semaines, au Championnat de la PGA du Canada au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, (où il s’est rendu en finale contre Danny King), et je regardais les noms sur le trophée. Quand tu vois que celui d’Arnold Palmer y apparaît, tu sais que c’est prestigieux et tu veux encore plus le gagner.»

Détenteur du record pour le cumulatif le plus bas, à moins-23, à la Coupe Canada, Tubb est conscient qu’il devra faire face à des défis de taille au Golf de la Faune.

«Ce n’est vraiment pas un parcours facile. Ici, il faut que tu sois capable de bien placer ta balle afin d’avoir une chance pour ton prochain coup. C’est primordial de garder la balle en jeu. Le vent peut jouer un rôle important dans l’issue de ta ronde. S’il n’y en a pas, tu peux espérer d’excellents pointages.»

À 33 ans, le professionnel de Seymour Creek a mis une croix sur les circuits professionnels majeurs.

«Je fais de quatre à cinq tournois d’importance par année, en plus des compétitions de la PGA de la Colombie-Britannique. Je me consacre beaucoup à l’enseignement, ce que j’aime vraiment. Je ne cherche pas à être trop technique, mon but est d’amener les gens à aimer le golf, à ce qu’ils aient du plaisir à jouer. Ultimement, j’aimerais me lancer dans la conception de terrains de golf. Des parcours qui soient accessibles pour tout le monde, pas trop dispendieux, pas trop longs et pas trop difficiles.»

Les prochaines semaines seront assez chargées pour Tubb. Après l’Omnium du Québec, une étape de la Série Prestige Jaguar Laval, il retournera chez lui, dans la région de Vancouver, pour revenir au Québec défendre son titre de champion de la Coupe Canada à la fin juillet.

Deuxième l’an dernier au Golf de la Faune, Keven Fortin-Simard, du club de golf de Chicoutimi, souhaite connaître encore beaucoup de succès cette semaine. Pour les deux premières rondes il est jumelé avec Dave Lévesque (Vallée du Richelieu), le champion en titre, et Javier Sanchez, de Fayetteville en Georgie.

«Je connais Dave depuis des années, mais je n’ai jamais eu l’occasion de jouer en sa compagnie, a noté Fortin-Simard. Même chose au sujet de M. Sanchez. Une chose est certaine, je fais partie d’un excellent groupe avec lequel j’aurai beaucoup de plaisir et surtout de qui j’apprendrai beaucoup.»

Travail au club oblige, Fortin-Simard n’a pu jouer et s’entraîner autant qu’il l’aurait voulu.

«L’an passé, je me sentais un peu rouillé au niveau de la compétition, mais présentement c’est vraiment mieux. J’espère jouer du bon golf, car les prochains jours seront chargés. Lundi, je participerai aussi à la qualification de l’Omnium canadien.»

Comme les autres compétiteurs, le pro de Chicoutimi est d’avis que l’important, au Golf de la Faune, est de bien placer la balle.

«Il faut bien sortir des tertres de départ. Ce n’est pas un parcours que je trouve intimidant, car j’ai beaucoup de distance sur mes coups de départ et même si je suis un peu en dehors de l’allée, j’ai la possibilité d’atteindre les verts en coups réguliers. Le vent ne me dérange pas trop et, l’an passé, j’ai connu mes meilleurs moments quand le temps n’était pas trop beau. Si, par hasard, la température était idéale pendant les quatre jours du tournoi, je suis persuadé que les pointages seront très bas.»

Le tournoi se met officiellement en branle jeudi matin, à compter de 7h, sur les tertres nos 1 et 10.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!