TORONTO – Alicia Côté ne mène pas exactement la vie banale d’une adolescente de 15 ans.

Côté, de Drummondville, revient tout juste d’un camp d’entraînement d’un mois en Chine et participera aux épreuves en simple et par équipes du tournoi de tennis de table aux Jeux panaméricains de Toronto, à compter de dimanche.

La progression de la pongiste, qui a célébré son 15e anniversaire en décembre dernier, a été fulgurante au cours des derniers mois. Après avoir triomphé au Championnat provincial de Repentigny en mars dernier, elle a pris part à de nombreuses compétitions à travers le monde au cours des derniers mois.

L’étudiante à l’école Marie-Rivier n’est revenue au pays qu’après un stage d’un mois en Chine en compagnie de l’équipe nationale de tennis de table, le 6 juillet. C’était la quatrième fois en quelques mois qu’elle se rendait en Asie afin de peaufiner sa technique et d’améliorer son jeu. Pas exactement l’idéal pour entretenir ses amitiés et poursuivre ses études secondaires.

«C’est sûr que je voyage beaucoup, mais l’école m’aide parce que je suis dans le programme sport-études, donc c’est beaucoup plus facile de reprendre les cours, assure-t-elle. Mais il reste que je manque beaucoup de jours d’école, et donc que j’ai beaucoup de rattrapage à faire.

«De plus, je ne vois pas beaucoup mes amis, parce que les fins de semaine il y a beaucoup de tournois, de séances d’entraînement, et de devoirs à faire, concède-t-elle. Peut-être qu’après les Jeux panaméricains je vais pouvoir les revoir, mais je n’ai pas eu beaucoup de temps dernièrement. Honnêtement, je les croise surtout à l’école.»

Celle qui se décrit d’abord comme une attaquante au style très agressif songe certes aux Jeux olympiques, mais ses nombreux séjours au pays de Mao Tsé-toung lui ont fait réaliser que la route sera longue et parsemée d’embûches. Néanmoins, elle constate que ses nombreux voyages lui ont permis d’améliorer son jeu.

«C’est certain que c’est très différent d’être avec les Chinoises, parce qu’elles s’entraînent en moyenne six heures par jour depuis qu’elles ont cinq ou six ans, raconte-t-elle. De cette façon, c’est certain qu’on s’améliore beaucoup et très rapidement. Personnellement, j’ai remarqué que j’avais développé ma puissance pendant mon dernier stage d’un mois là-bas. Donc ça augure bien pour l’avenir.»

Côté vise une médaille en équipes

Côté vit une très grosse année jusqu’ici. Les Jeux panaméricains constituent son troisième tournoi majeur dans les rangs seniors en carrière, après l’Omnium de tennis de table de Dubaï en janvier et les Championnats du monde de Suzhou, en Chine, en avril. Elle abordera le tournoi panaméricain gonflée à bloc, car pour une rare fois elle pourra évoluer devant sa famille, au Canada.

«C’est le ‘fun’ parce que c’est vraiment un gros tournoi, dit-elle. Ma famille sera dans les estrades pour me voir jouer, ce qui est rare parce que la plupart des tournois importants se déroulent en Chine.»

À Toronto, elle a confié que ses attentes étaient hautes pour l’épreuve par équipes en compagnie de ses partenaires de jeu, les Canadiennes d’origine chinoise Mo Zhang et Angi Luo. Le format de cette épreuve est calqué sur celui de la Fed Cup au tennis. Chaque équipe doit disputer deux matchs de simple, suivis d’un match de double et de deux autres de simple. La première équipe qui obtient trois victoires remporte le duel.

«Je suis ici pour prendre de l’expérience et essayer de gagner un ou deux gros matchs (en simple). Je suis consciente que la competition sera très forte, mais je suis confiante de pouvoir décrocher une médaille dans la compétition par équipes, a dit Côté. J’aimerais aussi enregistrer un bon résultat en simple.»

Côté se retrouve aujourd’hui dans le rôle de Luo aux Jeux panaméricains de Guadalajara, au Mexique, où elle était la plus jeune athlète de l’équipe à 15 ans, un mois et neuf jours. La jeune femme aux longs cheveux châtains, qui se décrit comme «la petite soeur» de Zhang et Luo, dit d’ailleurs apprendre beaucoup des conseils de ses coéquipières.

«Elles m’aident beaucoup, même si c’est l’entraîneuse (Junya Chen) qui me donne la plupart des consignes, nuance Côté. En plus, elles (Zhang et Luo) connaissent le mandarin, donc quand on se retrouve en Chine elles m’aident beaucoup dans mes activités quotidiennes.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!