Frank Gunn Frank Gunn / La Presse Canadienne

NORTH YORK, Ont. – Geneviève Lalonde s’est sentie comme chez elle vendredi soir au stade d’athlétisme des Jeux panaméricains de Toronto, où elle a obtenu la médaille de bronze au 3000 mètres steeple.

La Néo-Brunswickoise a indiqué à l’issue de la compétition que l’enthousiasme de la foule canadienne, alors qu’elle courait en troisième place lors des derniers tours de piste, lui avait rappelé les Championnats du monde amateurs de l’IAAF à Moncton en 2010.

«La foule me rappelait vraiment celle de Moncton en 2010, alors je me rappelais bien de cette sensation-là, a-t-elle confié, surexcitée. J’avais donc de l’expérience dans ces conditions-là, donc c’est sûr que ça m’a aidée.»

Lalonde, de Moncton, a terminé troisième en vertu d’un chrono de 9:53,03. C’est l’Américaine Ashley Higginson qui a triomphé en 9:48,12 — établissant du même coup un nouveau record panaméricain —, devant sa compatriote Shalaya Kipp en 9:49,96.

«C’est un peu incroyable comme résultat, a-t-elle lancé, le sourire aux lèvres. La course a été très tactique, il s’agissait vraiment de conserver son calme. Il y a eu un peu de bousculade, mais ça c’est bien passé. Avant la course, mon entraîneur m’avait dit de rester dans ma bulle, malgré la foule, et finalement je suis très contente d’avoir pu obtenir cette médaille de bronze.»

Higginson, la favorite pour l’emporter, s’est rapidement détachée du peloton. Kipp et Lalonde, au coude-à-coude pendant un certain temps, ont ensuite largué leurs adversaires, et l’Américaine a puisé dans ses ressources dans les derniers 500 m pour terminer loin devant la Canadienne.

La jeune femme de 23 ans n’a jamais pu menacer le record canadien, actuellement détenu par Jessica Furlan, avec un temps de 9:33;45, ni même abaisser sa marque personnelle de 9;35,69, car le départ du groupe a été plutôt lent. Pour rétrécir l’écart avec ses principales rivales et un jour inscrire son nom dans le livre des records canadiens, Lalonde a confié qu’elle avait encore quelques croûtes à manger.

«C’est de l’expérience et de petits détails ici et là, a-t-elle résumé. Je travaille fort avec mon coéquipier Alex Genest — qui a obtenu l’argent au 3000m steeple plus tôt cette semaine à Toronto — sur mes barrières et tout ça.

«Mais cette année, c’était vraiment la première où je m’entraînais à fond et je suis contente jusqu’ici parce qu’il n’y a pas de fluctuation dans le niveau de mes performances, a-t-elle ajouté. J’espère que les prochaines années iront aussi bien, et qu’on verra d’aussi bons résultats.»

Pour l’instant, elle peut toujours se consoler en se disant qu’elle est la première athlète néo-brunswickoise en 14 ans à prendre part aux Championnats du monde seniors, qui auront lieu à Pékin, en Chine, à la fin août. Un fait dont elle n’est pas peu fière.

«La dernière fois, c’était Joël Bourgeois qui avait participé aux Championnats du monde, a-t-elle rappelé. Vous savez, nous sommes de très bons amis, alors c’est sûr que c’est spécial. On se relance à l’occasion pour savoir à quelle position je vais terminer, car on a des carrières très comparables — même s’il est un homme et que je suis une femme —, alors c’est très excitant. Je me suis inspirée de Joël et je veux juste à mon tour inspirer les jeunes.»

Après les Mondiaux, le prochain objectif de taille pour l’Acadienne consistera à terminer parmi les trois premières de son épreuve aux Championnats canadiens d’Edmonton en 2016, puisque ça confirmera alors son accession aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!