Darren Calabrese/La Presse Canadienne Zak Madell, joueur de rugby en fauteil roulout, porte le drapeau canadien à la cérémonie de clôture des Jeux panaméricains, à samedi à Toronto.

TORONTO – Stephanie Dixon se souvient de son retour des Jeux paralympiques de 2000 à Sydney, et du fait qu’elle n’avait pu pleinement célébrer ses succès.

Personne ne savait ce qu’étaient les sports paralympiques.

«Ici, après avoir accueilli les Jeux parapanaméricains à Toronto, je sais qu’aucun de nos athlètes aura à rentrer la tête basse à la suite d’une compétition, a dit Dixon, une ancienne nageuse paralympique qui agissait comme assistante au chef de mission pour la délégation canadienne. Ils pourront avoir la tête haute et être fiers de leurs accomplissements. Tous les athlètes peuvent être des modèles à suivre et des héros dans notre pays.

«Et ça me rend tellement fière.»

Le Canada avait pour objectif de terminer dans le top-3 au classement des médailles des Jeux parapanaméricains, qui se sont conclus samedi. Mission accomplie. L’équipe a totalisé 168 médaille — 50 d’or, 63 d’argent et 55 de bronze — pour prendre le deuxième rang. Le Brésil a terminé au sommet avec une récolte de 257 médailles (109-74-74), tandis que les États-Unis ont pris la troisième place avec 135 médailles.

Mais la victoire de ces Jeux n’est pas seulement visible au chapitre des médailles, mais aussi par le nombre d’amateurs conquis durant les semaines d’activités. Il suffisait de voir la foule qui a assisté à la victoire de l’équipe de rugby en fauteuil roulant face aux États-Unis dans le match pour la médaille d’or et celle qui a encouragé les équipes de basketball en fauteuil roulant jusqu’à la conquête de l’argent.

«Qui peut dire qu’un enfant qui vit avec un handicap n’a pas été inspiré par ce qu’il a vu à la télévision et qu’il ne choisira pas de pratiquer un sport paralympique?, a questionné Craig Spence, directeur des communications du Comité international olympique. Vous verrez l’an prochain à Rio plusieurs jeunes athlètes britanniques qui ont été inspirés par les Jeux paralympiques de Londres en 2012. Je crois qu’il se produira la même chose ici.

«Ces Jeux auront un impact, mais on ne peut en juger tout de suite. On le verra au cours des 10 à 15 prochaines années.»

Il s’agissait des plus importants Jeux parapanaméricains de l’histoire, alors que 1600 athlètes ont pris part aux compétitions.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!