Getty Images/iStockphoto

MONTRÉAL – Les joueurs de football professionnels semblent plus à risque que le reste de la population de souffrir d’hypertension et de maladies cardiovasculaires, préviennent des chercheurs américains.

Les scientifiques expliquent que les multiples impacts subis par les joueurs pendant un match — et encore plus spécifiquement par les joueurs de ligne — entraînent une réaction du système immunitaire et une inflammation chronique qui gonflent la pression artérielle.

Plus précisément, les muscles des joueurs sont endommagés de manière répétitive, ce qui relâche dans l’organisme des substances qui mobilisent le système immunitaire.

Les chercheurs indiquent que les collisions entre les joueurs de ligne — dont la taille et la force sont exceptionnelles — sont comparables à une collision automobile à environ 50 kilomètres/heure. Chaque joueur peut être impliqué dans une centaine de collisions par match, ce qui se traduirait ensuite par des artères plus ridiges et moins flexibles, et donc par une pression artérielle plus élevée.

Les scientifiques soulignent que d’autres facteurs — comme l’embonpoint constaté chez plusieurs joueurs — y sont aussi probablement pour quelque chose. Ils rappellent que l’incidence de maladie cardiovasculaire est plus élevée chez les joueurs de football qui, en moyenne, vivent dix ans de moins que la population générale.

Le même effet inflammatoire pourrait endommager le cerveau et causer l’encéphalopathie traumatique chronique qui touche de nombreux joueurs.

Les conclusions de cette étude sont publiées par The FASEB Journal.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!