MONTRÉAL – L’ailier défensif John Bowman n’était pas en mesure de dire s’il allait être de retour avec les Alouettes de Montréal l’an prochain. Mais s’il s’agissait de son dernier match dans l’uniforme montréalais, celui qui deviendra joueur autonome en février a offert toute une performance.

Avec trois sacs, Bowman a porté son total pour la saison à 18 — le plus haut total dans le circuit — et en carrière à 102, ce qui lui confère le neuvième rang de tous les temps dans la Ligue canadienne.

«Je ne peux pas prendre tout le mérite pour ces exploits. Je dois beaucoup à mes coéquipiers sur la ligne défensive, a dit Bowman. ‘K’ (Gabriel Knapton) est un monstre sur le terrain. Il gobe plusieurs blocs qui me permettent de travailler à un contre un et de faire ce que j’ai à faire.»

Le colosse de six pieds trois, 250 livres pleurait à chaudes larmes sur les lignes de côté après la rencontre et c’est encore assailli par l’émotion qu’il a rencontré les journalistes devant son casier, dans le coin exigu réservé à l’unité défensive.

«Je suis juste fier et heureux. Je suis béni d’avoir pu jouer autant d’années. Les obstacles que j’ai dû surmonter cette saison pour me retrouver où je suis, je dois tout cela à mes coéquipiers.

«Il y a de bons jeunes joueurs prêts à prendre la relève, alors je ne sais pas ce que l’avenir me réserve ici. Nous verrons en février, quand je deviendrai joueur autonome. Pour l’instant, je ne suis que fatigué — ces jambes de 33 ans ont été malmenées cette saison. C’est le temps de reprendre mes énergies. Je reprendrai l’entraînement en décembre. Je pense toujours que je peux jouer et battre les quarts adverses dans cette ligue. Je crois toujours en moi.»

Jim Popp, le directeur général, n’a pas voulu se mouiller.

«Je ne peux pas répondre pour lui. Je ne sais pas si c’est une chose à laquelle il pense, mais je sais qu’en début de saison, il a dit qu’il s’agissait peut-être de sa dernière saison. Il n’est pas si vieux. Nous devrons regarder cela. De la façon dont il a joué, surtout après que certaines choses se soient produites, il est revenu plus fort. Il est assez bon pour revenir. J’amerais bien le ravoir. Nous en parlerons cet hiver.

«Si jamais c’est sa dernière saison, il s’est surpassé. Je serais surpris qu’il arrête de jouer. Je crois qu’il lui reste une ou deux saisons.»

«Les Alouettes ne me doivent rien. Ils m’ont offert une chance de jouer au football alors que toutes les autres portes m’étaient fermées, a ajouté Bowman. Ils m’ont donné 10 ans. En retour, je leur ai donné 102 sacs et quelques os fracturés.»

Sutton aussi en tête

En plus de Bowman, un autre joueur des Alouettes a mené le circuit soit le demi offensif Tyrell Sutton. Ses 139 verges contre les Riders lui ont permis de terminer au premier rang avec 1059 verges au sol.

«C’est aigre-doux comme sensation, a-t-il souligné. Vous menez la ligue, mais vous êtes hors des séries. D’un point de vue personnel, c’est agréable, mais c’est encore mieux quand le reste de l’équipe est impliqué.»

Si on avait dit à Popp au début de la saison que l’équipe compterait sur le meneur de la ligue pour les sacs et pour les verges au sol, mais qu’elle raterait quand même les séries, l’aurait-il cru?

«Probablement pas. Mais il y a plusieurs autres éléments à tenir compte. Nous nous sommes creusé notre propre tombe.»

Popp, le président Mark Weightman et les joueurs rencontreront les médias lundi, au Stade olympique, pour faire un dernier bilan de cette difficile saison.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!