MONTRÉAL – Max Pacioretty ne se rappelait pas de la dernière fois que ses coéquipiers et lui avaient passé autant de temps en territoire offensif pendant un match, tout en provoquant une multitude de chances de marquer.

«J’ai le sentiment que nous sommes restés dans leur zone pendant toute la soirée», a lancé le capitaine, à l’issue de la défaite de 3-2 du Canadien contre les Capitals de Washington.

«De la façon qu’on jouait, j’étais confiant qu’on finisse par faire tourner le vent. C’est frustrant parce que les Capitals ont eu peu d’occasions à l’attaque. Mais quelques-uns de ces occasions ont été de grande qualité. Contre une équipe de cette trempe, ça ne pardonne pas.»

Pacioretty a souligné l’éclatante performance du gardien Braden Holtby.

«Mais tout de même, il nous faut être capable de marquer des buts. Il a été solide dès le début de la rencontre et il a donné confiance à ses coéquipiers. Il ne faut pas trop chercher de midi à quatorze heures parfois, ça arrive comme ça», a résumé Pacioretty.

De toute évidence, on ne ruminera pas longtemps au sein de l’équipe cette première défaite cette saison en temps réglementaire contre des rivaux de l’Association Est.

Infériorité menaçante

Un des aspects positifs, outre celui que les trios principaux trios ont offert une solide performance, a été le sixième but réussi en situation d’infériorité cette saison – celui de toute beauté inscrit par Brian Flynn qui a fait 2-2 en troisième période.

Le Canadien domine la LNH à ce chapitre, à égalité avec les Sénateurs d’Ottawa.

«Je n’ai pas été surpris de voir Brian réaliser cette feinte, a dit Pacioretty. Je sais qu’il possède cette créativité en échappée et en tirs de barrage. Il avait déjà marqué un but semblable contre nous dans l’uniforme des Sabres de Buffalo.»

Flynn attribue les succès de l’équipe en infériorité, qui est deuxième dans la ligue au chapitre du taux d’efficacité, à la grande rapidité des attaquants. Paul Byron, qui l’a envoyé en échappée, a récolté trois de ses cinq points en infériorité.

«La vitesse nous permet de déstabiliser les adversaires et de créer des chances de marquer», a avancé Flynn.

Byron a corroboré l’analyse de son coéquipier, tout en faisant remarquer qu’on peut souvent profiter du fait que les rivaux utilisent quatre attaquants en supériorité numérique.

Le Canadien est de retour en action samedi, à Raleigh, où il se mesurera aux Hurricanes de la Caroline.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!