Ryan Remiorz Patrick Marleau, Mike Condon. Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL – C’est officiel: Nathan Beaulieu n’a pas apprécié sa soirée sur la galerie de presse de l’Aréna Joe Louis jeudi dernier.

Pour un deuxième match d’affilée, le jeune défenseur a livré une solide prestation qui est venue mettre un peu de baume sur un décevant revers de 3-1 du Canadien contre les Sharks de San Jose, mardi soir au Centre Bell.

Réuni avec P.K. Subban après le troisième but des Sharks, Beaulieu a obtenu une mention d’aide sur celui de Dale Weise. Lui qui a rarement joué plus de 20 minutes lors d’un match cette saison, Beaulieu a passé un peu plus de 22 minutes sur la patinoire et a terminé le match avec un différentiel positif de plus-1.

«Lors de nos deux derniers matchs, on l’a senti très impliqué dans le jeu. Il patine avec énergie. Il n’y a pas de doute qu’il joue très bien», a reconnu Therrien, répondant à une question qui lui avait été posée en anglais.

Après une étincelante performance contre les Sénateurs d’Ottawa samedi, après laquelle le capitaine Max Pacioretty avait dit de lui qu’il avait été le meilleur joueur sur la patinoire, Beaulieu avait révélé à quel point il était mécontent avant le début de ce match.

Mardi soir, il affichait encore un tel état d’âme.

«Encore ce soir, j’étais encore en colère et frustré, et je dois continuer dans cette direction pour éviter de me retrouver dans une telle situation de nouveau», a admis Beaulieu en faisant référence à son absence à Detroit.

Mais en revenant sur cet épisode, Beaulieu a pris le temps de rendre hommage à l’état-major du Tricolore.

«Pendant mes hauts et mes bas au sein de cette organisation, j’ai toujours pu être sûr qu’elle sera juste. Il n’y a pas de favoris. Si je mérite d’être sur la patinoire, je vais aller sur la patinoire. Si je mérite d’être sur le banc, je serai sur le banc.

«Tout ce que vous pouvez demander des gens, c’est d’être honnêtes et dignes de confiance, a-t-il enchaîné. On ne m’a jamais menti, on m’a toujours dit la vérité. Je ne commencerai pas à bouder si quelque chose m’arrive. Tout dépend de la façon dont vous réagissez. Je pense qu’il fallait que je retrousse mes manches, et que j’avais beaucoup de choses à prouver.»

Mitchell à la rescousse

À son retour au jeu après une absence de 11 matchs, Torrey Mitchell n’a pas fait bouger les cordages mais il a posé un geste que tous ses coéquipiers ont autant apprécié que s’il avait inscrit un tour du chapeau.

Vers la fin de la première période, Mitchell est venu au secours de Subban, violemment mis en échec par Barclay Goodrow.

«Je n’ai pas vu la mise en échec, et je ne sais pas si elle était légale. J’ai vu que P.K. est resté étendu pendant quelques secondes sur la patinoire et qu’il n’y avait pas eu de punition», a raconté Mitchell, qui ne s’était pas battu depuis environ deux ans, selon ses estimations.

Il semble que Subban a bien apprécié la réaction de Mitchell.

«Au banc, il m’a dit quelque chose comme ‘Love you, buddy’!».

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!