Ed Zurga / The Associated Press Johnny Manziel.

Flotter sur un cygne gonflable, c’est une chose. Être pourchassé par un hélicoptère de la police, c’en est une autre. Les frasques de Johnny Manziel ont poussé certains partisans des Browns de Cleveland à entreprendre des actions contre le controversé quart-arrière pendant un mois — ou peut-être encore plus longtemps.

Fatigués des bourdes de Manziel à l’extérieur du terrain — il aurait agressé physiquement son ex-copine le week-end dernier au Texas —, des partisans ont lancé la campagne ’Johnny Free February’ sur Twitter. Chris McNeil, qui est l’intigateur de la campagne, a donné le ton samedi soir en demandant “qu’on n’émette pas de gazouilli, qu’on ne reprenne pas de gazouilli, ou encore qu’on mentionne le nom de Johnny Manziel sur Twitter en février, ou jusqu’à ce qu’il quitte les Browns de Cleveland”.

En date de lundi matin, McNeil a indiqué que plus de 1000 personnes avaient souscrit à cette campagne, en utilisant notamment le mot-clé ’#JohnnyFreeFebruary’.

La goutte qui a fait déborder le vase pour McNeil et les autres s’est produite à la suite des révélations du week-end dernier à propos du joueur âgé de 23 ans, qui est arrivé à Cleveland avec une réputation de fêtard — il a été photographié en train de sabrer le champagne alors qu’il était étendu sur un cygne gonflable à Austin, au Texas, dans une boîte de nuit — et qui a connu deux saisons tumultueuses avec les Browns.

Samedi, les policiers de Fort Worth, au Texas, ont été appelés dans un complexe résidentiel où une femme non-identifiée a mentionné qu’elle avait été impliquée dans une altercation avec Manziel, qui n’était plus sur les lieux. Elle a confié aux policiers qu’elle était préoccupée par “sa santé”. Les policiers ont tenté d’entrer en contact avec Manziel et l’ont cherché avec l’aide d’un hélicoptère du service de police. Manziel a éventuellement été retrouvé sain et sauf.

Lundi, les autorités ont mentionné qu’elles tentaient toujours de déterminer si un crime avait eu lieu. Manziel pourrait être sanctionné par la NFL, qui mène sa propre enquête sur les plus récentes frasques du récipiendaire du trophée Heisman en 2012.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!