Frank Gunn Frank Gunn / La Presse Canadienne

DUNEDIN, États-Unis – Le voltigeur de centre Kevin Pillar, des Blue Jays de Toronto, met l’emphase sur la flexibilité dans sa nouvelle routine d’entraînement, voulant cerner les plus petits muscles. Il dit que ça commence déjà à porter fruit.

«J’ai remarqué que je me sens mieux au réveil, mentionne le Californien de 27 ans. Je suis moins engourdi qu’avant.»

L’an dernier, Pillar a disputé 159 matches dont la moitié en plus ou moins bonne forme, de son propre aveu.

L’une des raisons est sa façon intense de jouer – courir à plein gaz et plonger sont une habitude pour lui, sans compter la dure surface du Rogers Centre. Une présence régulière aux faits saillants a son prix.

«En étant plus mobile et plus rapide, j’espère avoir à plonger moins souvent, concède t-il. Et quand je dois le faire, j’espère pouvoir en récupérer plus vite.»

Pillar est en Floride depuis le 20 janvier – trois jours après que lui et son épouse Amanda aient emménagé dans leur première maison à Thousand Oaks, près de Los Angeles.

Depuis ce temps, Pillar, le deuxième but Ryan Goins, le premier but Chris Colabello et le cogneur Jose Bautista s’entraînent ensemble au complexe des Jays.

«La saison morte c’est bien, mais la camaraderie finit par vous manquer, a dit Pillar. Nous voulons continuer sur notre lancée de l’an dernier. Pour des gars comme moi, Goins et Colabello, c’était notre première vraie saison, alors nous voulons tout simplement nous pousser mutuellement à faire encore mieux.»

Pillar a fourni 12 longues balles et 56 points produits, conservant une moyenne au bâton de ,278. Combiné à son jeu en défense, cela lui a permis de s’assurer d’un poste de régulier.

«Avec cette sécurité d’emploi, j’aimerais dire que mon objectif n’a pas changé, mais il est quand même modifié un petit peu, a dit Pillar. Je dois avoir en tête de pouvoir contribuer pendant toute la saison.»

Le gérant John Gibbons croit que Pillar ne peut que s’améliorer.

«Il a vraiment fait un grand pas en 2015. Il a été formidable pour nous, dit Gibbons. L’année d’avant il a fait la navette. Il essayait de s’établir, ce qu’il a réussi à faire l’an dernier. Il pense maintenant comme un gars qui a sa place, parce que c’est le cas.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!