Salvador Melendez/THE ASSOCIATED PRESS Atiba Hutchinson lors d'un match contre le Salvador en novembre.

VANCOUVER – Atiba Hutchinson n’a pas peur de rêver.

Le Canada accueillera la puissante formation mexicaine vendredi dans un important match des qualifications de la Coupe du monde et le milieu de terrain canadien croit que ce match pourrait non seulement aider le Canada à s’approcher du Mondial de 2018, mais aussi changer la perception du public envers le programme national.

«Si nous pouvons offrir une bonne performance et obtenir un bon résultat, ce serait tout un message, a dit Hutchinson. Nous croyons pouvoir le faire. Nous devons simplement aller sur le terrain et passer de la parole aux actes.»

Ce ne sera toutefois pas une tâche facile.

Classé 22e au monde, le Mexique est une des puissances de la CONCACAF et domine le groupe A dans l’avant-dernière étape de qualifications avec six points après deux rencontres. De son côté, le Canada, 87e au monde, est deuxième avec quatre points, à la suite d’une victoire encourageante contre le Honduras à Vancouver et un match nul contre le Salvador.

Un nul ou une victoire surprise vendredi donnerait un important coup de main aux Canadiens dans leur quête vers une première participation à la Coupe du monde depuis leur seule participation en 1986.

«Ce sera un match difficile, mais les gars ont confiance, a dit Hutchinson. Nous devons connaître un bon début de match et continuer de bien faire les choses.»

Le Canada est sur la pente montante depuis qu’il a égalé son pire classement mondial en glissant au 122e échelon en octobre 2014. Le talent au sein de l’équipe est aussi plus relevé depuis l’échec de sa dernière quête, qui avait pris fin avec une humiliante défaite de 8-1 au Honduras il y a près de trois ans et demi.

Des jeunes comme Junior Hoilett et Cyle Larin sont des menaces à l’attaque jamais vues depuis quelques générations.

Au milieu de terrain, Hutchinson, Will Johnson et Julian de Guzman amènent de la stabilité, et la défensive est capable de limiter les chances des bonnes équipes.

«Nous croyons en nos chances, a dit l’entraîneur-chef Benito Floro. Nous pouvons gagner le match, ça ne fait pas de doute.»

Le défi du Canada sera probablement encore plus important lors du match retour au Mexique mardi, là où il a une fiche de 3-16-7 contre les Mexicains. La dernière victoire canadienne au Mexique remonte à 2000.

«Les Mexicains bougent très bien le ballon, ils sont compétitifs et expérimentés, a dit Johnson. C’est un gros défi, mais nous sommes prêts.»

Le Salvador, classé 99e, occupe le troisième rang du groupe A avec un point et le Honduras, 89e, ferme la marche avec aucun point. Après sa série contre le Mexique, le Canada visitera le Honduras et accueillera le Salvador en septembre. Les deux meilleures équipes du groupe accéderont à la dernière étape des qualifications.

On s’attend à une foule de plus de 54 000 personnes au BC Place, ce qui fracasserait le record pour un match de l’équipe nationale masculine en terre canadienne. L’ancienne marque était de 51 936, en 1994 à Edmonton.

«Il devrait y avoir quelques Mexicains ici et là, a mentionné Hutchinson. Mais nous allons être devant nos partisans et nous voulons protéger notre domicile.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!