Chris O'Meara | The Associated Press

MONTRÉAL – Presque trois mois après qu’il eut déserté le Crunch de Syracuse, Jonathan Drouin n’espère qu’une chose: tourner la page une fois pour toutes. Mais ce n’est pas une tâche facile quand on est un jeune hockeyeur québécois qui doit faire escale au Centre Bell.

Pendant un bon cinq minutes samedi matin, le talentueux attaquant du Lightning de Tampa Bay a patiemment répondu à un mini-barrage de questions sur le fameux épisode du 20 janvier dernier. Un épisode qui pourrait avoir entaché un tant soit peu sa réputation, mais qu’il pourrait faire oublier rapidement s’il continue de jouer comme il l’a fait jeudi dernier.

Face aux Devils du New Jersey, Drouin a enfilé le but victorieux, décoché quatre tirs et passé plus de 15 minutes sur la patinoire. Tout ça à son premier match dans la LNH depuis le 30 décembre, contre les Rangers de New York.

«Le retour se passe très bien. Les gars m’ont bien reçu, et je l’ai vraiment apprécié», a-t-il mentionné, tout en admettant avoir ressenti un peu de nervosité avant de retrouver ses coéquipiers.

Et l’entraîneur-chef Jon Cooper a émis des propos semblables.

«Tout le monde était vraiment excité de le voir revenir. On pouvait le sentir dans notre façon de jouer, et dans sa façon de jouer aussi», a précisé le sympathique entraîneur-chef du Lightning.

Drouin et Cooper s’entendent sur un autre aspect: le temps est venu de regarder devant et de se concentrer sur le hockey et sur les séries éliminatoires qui devraient s’amorcer mercredi pour la formation floridienne.

Drouin, notamment, ne veut pas discuter de son avenir avec l’organisation qui l’a repêché au troisième rang en 2013, de sa demande d’être échangé, ni des regrets qui pourraient l’habiter après son coup d’éclat de janvier dernier.

«Je suis ici pour jouer au hockey. On se concentre là-dessus. On a tout mis ça de côté. On verra après la saison», a-t-il d’abord déclaré, au sujet de la solidité du «mariage» entre lui et l’équipe.

«Il est trop tôt pour parler de regrets. En regardant tout ça dans quelques années, peut-être que je me dirai que j’aurais pu faire preuve d’un peu plus de patience. Mais c’est fait, et je dois continuer de vivre avec ça», a-t-il enchaîné.

Mais dans le fond, Drouin semble savoir qu’il n’a pas nécessairement pris une judicieuse décision.

«J’ai réalisé à un certain moment que je devais de nouveau jouer au hockey. C’est mon travail. Je l’ai réalisé une fois que je suis retourné chez nous. La meilleure décision était de retourner à Syracuse», admet-il.

Interrogé sur ses états d’âme au moment de l’incident et au retour de Drouin, Cooper a détourné ces questions. Mais dans l’une de ses réponses, on pouvait sentir qu’il ne voulait pas tenir rigueur à son jeune attaquant.

«Nous pratiquons un sport, et c’est un sport agréable à jouer. Mais il y a un côté ‘business’ à ce sport. Et il y a un jeune homme doté de convictions, qui croyait qu’il devait emprunter cette route. Et c’est ce qu’il a fait, et vous ne pouvez pas vraiment le blâmer. Nous pouvons rester ici et débattre pendant des années du bien-fondé de sa décision. Mais en bout de ligne, il est de retour avec nous. Nous le voulons parmi nous, et ce qui importe le plus, c’est qu’il a mérité de revenir parmi nous.»

Pression injuste

Bien que pleinement mérité selon Cooper, le rappel de Drouin coïncide aussi avec l’absence de Steven Stamkos. L’étoile et capitaine du Lightning sera inactif entre un et trois mois à la suite d’une opération pour l’ablation d’un caillot sanguin dans le bras droit.

Cooper sait ce que Drouin peut apporter à l’équipe, mais de là à produire au même rythme que Stamkos, il y a un pas que l’entraîneur-chef du Lightning ne franchira pas.

«Je ne veux pas lui demander d’inscrire les buts que ‘Stammer’ marque en temps normal. Ce serait totalement injuste. Mais il est une menace offensive et nous l’avons vu contre les Devils. Nous avions besoin d’un but important pour l’emporter, et c’est lui qui nous l’a procuré. C’est quelque chose qu’il est habitué de faire. Il a le talent pour nous propulser vers l’avant, et le match contre les Devils est un important pas devant.»

D’ailleurs, Cooper était enchanté du rendement de Drouin, mais pas seulement sur la patinoire.

«Le match s’est mieux déroulé que ce que j’avais anticipé. Lors de ses premières présences, il était évidemment nerveux. Mais à compter de la troisième période, il volait sur la patinoire. Et il était très impliqué sur le banc des joueurs. Par le passé, il était tranquille. Là, il parlait aux joueurs, les encourageait. Ça m’a frappé et c’était plaisant à voir.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!