BROSSARD, Qc – Est-ce qu’un câlin entre Max Pacioretty et P.K. Subban suffira pour convaincre tout le monde de la qualité de la relation entre les deux hommes?

Subban est allé faire l’accolade à son capitaine à la fin de sa rencontre avec les journalistes lors du post-mortem de l’équipe, lundi, à Brossard.

Questionné pour une énième fois cette saison sur leur relation, Pacioretty a parfois eu de la difficulté à trouver ses mots, paraissant frustré par la situation.

«C’est drôle que vous me posiez cette question, a dit Pacioretty. Si vous pouviez amener les caméras dans le salon des épouses et voir P.K. jouer au mini-hockey avec mon garçon après les matchs, vous ne me poseriez pas cette question.

«Je ne sais pas quoi dire, a-t-il ajouté après une longue hésitation. P.K. était à mon mariage.»

Le sujet de la relation Subban-Pacioretty est revenu à l’ordre du jour à la suite de la nomination de Pacioretty comme candidat du Canadien pour le trophée King-Clancy à la fin d’une saison où Subban a annoncé un don de 10 millions $ à la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Pacioretty a dit avoir voté pour Subban et vice-versa. Pacioretty a aussi a rappelé que le défenseur n’était pas le seul à s’impliquer dans la communauté.

«Je pense que vous spéculez beaucoup trop à partir de pas grand-chose, a ajouté Pacioretty. Ce n’est pas en faisant un don que vous gagnez un trophée. Tout le monde dans l’équipe s’implique auprès de plusieurs organisations caritatives. P.K. est très généreux, mais les autres joueurs aussi.»

Pour sa part, Subban a livré un appui inconditionnel à son capitaine, qui ne l’a pas eu facile à sa première saison dans cette fonction.

«Pacioretty est le capitaine de notre équipe. Il est le bon gars pour notre équipe et nous l’appuyons tous. Il n’est pas seul dans le rôle de leader et nous faisons tous de notre mieux pour guider l’équipe dans la bonne direction. Ça commence avec lui et nous croyons tous en lui.»

Un baptême de feu difficile

Même si Pacioretty a terminé avec 64 points, trois de moins que son sommet personnel établi l’an dernier, ce n’est pas de sa quatrième saison d’au moins 30 buts dont on se souviendra. Quand une équipe connaît une saison comme le Canadien, qui a dominé la LNH pendant les deux premiers mois de la saison avec une fiche de 19-4-3 avant de conclure sur une séquence de 19-34-3, on pointe souvent du côté de l’entraîneur et du capitaine pour expliquer les insuccès.

«À la fin de ma carrière, je pense qu’on va dire que ma blessure au cou m’a défini comme joueur, a raconté Pacioretty. Cette saison-ci va probablement me définir comme leader.

«Tout le monde doit être meilleur. Nous avons commencé la saison en force et nous avions espoir de faire du bruit. Mais nous avons perdu confiance et nous nous sommes apitoyés sur notre sort. Le groupe de leaders doit être meilleur pour gérer une situation comme celle-là. J’espère que nous allons sortir plus forts de cette expérience.»

Pacioretty a déclaré qu’il aurait aimé avoir l’aide d’un ou deux vétérans pour l’appuyer dans sa tâche.

«Quand on regarde un gars comme Manny Malhotra, il a joué un rôle important à mes yeux pour l’équipe la saison dernière, a noté Pacioretty. Même quand il n’était pas dans la formation, il organisait des rencontres, il parlait aux gars et il disait les bonnes choses. Il manquait peut-être un gars comme lui cette saison.»

Pacioretty a mentionné qu’il aimerait voir l’équipe ajouter quelques vétérans au cours de l’été, mais il a aussi mentionné qu’il espérait voir les joueurs actuels devenir de meilleurs leaders.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!