BUFFALO, États-Unis – Pascal Laberge ne l’a pas eu facile à l’automne 2015. Et avec tout ce qu’il a vécu, ce n’est pas une petite journée d’attente qui allait le démoraliser.

Pressenti pour être possiblement choisi vers la fin de la première ronde vendredi soir, l’attaquant des Tigres de Victoriaville a plutôt entendu son nom samedi matin, quelques minutes à peine après le début du deuxième tour de la séance de sélection de la Ligue nationale de hockey, à Buffalo.

Et c’est l’uniforme des Flyers de Philadelphie, une organisation qui s’est souvent tournée vers des porte-couleurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, que l’athlète de la région de Châteauguay arborait fièrement samedi.

Les Flyers qui, dans le passé, ont réclamé des vedettes du circuit Courteau comme Simon Gagné et Claude Giroux, entre autres, l’ont choisi au 36e rang.

«Hier (vendredi) a été une journée très émouvante, avec beaucoup de stress. Mais je n’avais pas trop d’attentes et je suis super heureux d’être sorti tôt ce matin.

«Ce n’est pas un prix de consolation, c’est un honneur pour moi de me retrouver dans la famille des Flyers et j’ai un style de jeu qui correspond à leur organisation, a-t-il enchaîné. Je suis extrêmement fier de faire partie de cette organisation. J’avais eu de bons pourparlers avec eux et ils aimaient mon style de jeu. J’avais une lueur d’espoir.»

Mais les trois premiers mois de la saison ne laissaient présager rien de trop optimiste pour Laberge. En septembre, alors que la campagne commençait, sa belle-mère est décédée et au même moment, son père apprenait qu’il était atteint d’un cancer de la prostate. Une discussion avec son entraîneur-chef a relancé un jeune homme qui semblait alors ébranlé.

«Ce fut un début de saison très éprouvant pour moi. Ce furent des moments difficiles pour la famille et ma tête n’était pas vraiment au hockey au début de l’année. Vers le mois de novembre, j’ai eu une conversation avec Bruce Richardson et il m’a dit que si je performais au hockey, ma famille serait correcte. C’est ce qui a fait le déclic.»

Laberge a précisé que son père se portait bien, après qu’on lui eut retiré la prostate. Il était d’ailleurs dans les gradins samedi matin.

«Il m’a fait une chaleureuse étreinte et il m’a simplement dit ‘félicitations’», a confié Laberge.

Après les trois premiers mois de la saison, l’attaquant de six pieds un pouce et 174 livres ne comptait que huit buts et 23 points en 25 matchs. Mais d’étincelantes performances en décembre et en février en particulier lui ont permis de clore la saison avec une récolte de 68 points, dont 23 buts, en 56 rencontres.

«Je n’ai jamais songé à abandonner. Le hockey a toujours été une passion et c’était clair dans ma tête que je voulais jouer au hockey dans ma vie. Il fallait que je passe à travers cela et je pense l’avoir fait comme un grand.

«Pour un jeune de 17 ou 18 ans, c’est rare que de telles choses arrivent et ça m’a donné plus de maturité. Tous les gens que je côtoie peuvent le dire», a-t-il ajouté.

Dur week-end pour la LHJMQ

Les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avaient sans doute d’excellents souvenirs du dernier repêchage tenu à Buffalo, en 1998, alors qu’ils avaient vu 41 joueurs réclamés, dont sept en première ronde, deux records dans l’histoire du circuit Courteau.

Mais la manne n’a pas été aussi bonne en 2016, alors que seulement 14 représentants de la LHJMQ ont été réclamés, incluant les deux choix de première ronde vendredi. L’une des pires récoltes de l’histoire de la ligue.

Déjà bien nantis à la ligne bleue, les Predators de Nashville ont mené la charge samedi en choisissant les défenseurs Samuel Girard des Cataractes de Shawinigan au 47e rang (2e ronde) et Frédéric Allard des Saguenéens de Chicoutimi, une ronde plus tard, au 78e rang.

Doté d’un talent offensif indéniable, Girard a été le meilleur marqueur de la LHJMQ parmi les défenseurs avec 74 points en 67 matchs. Mais à cinq pieds neuf pouces et 165 livres, il a possiblement perdu des points aux yeux des recruteurs.

«Avec mon agent, on s’était fait une petite idée du moment où j’allais être repêché et il y avait 80 pour cent des chances que ce soit aujourd’hui (samedi). Sûrement que des équipes ont passé leur tour à cause de ma taille, c’est certain. Mais si les Predators m’ont repêché c’est parce qu’ils aiment mon style de jeu, et même si je suis petit, ils vont me faire confiance.»

Meilleur espoir parmi les gardiens en Amérique du Nord, Evan Fitzpatrick, du Phoenix de Sherbrooke, a été sélectionné en fin de deuxième ronde, au 59e rang, par les Blues de St. Louis.

Outre Allard, trois autres joueurs de la LHJMQ ont été repêchés en troisième ronde, soit Vitalii Abramov de Gatineau (Columbus), Luke Green de Saint-Jean (Winnipeg) et Branden Gignac de Shawinigan (New Jersey).

Les joueurs de centre Nathan Noël (4e ronde, Chicago), Alex Dostie (4e ronde, Anaheim), Manuel Wiederer (5e ronde, San Jose), Gabriel Fontaine (6e ronde, Rangers de New York) et Otto Samppi (7e ronde, Tampa Bay) ont aussi trouvé preneurs samedi.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!