Eduardo Lima Eduardo Lima / La Presse Canadienne

TORONTO – Le huit de pointe représente le mariage parfait entre la puissance et l’harmonie, dit Cristy Nurse. C’est le travail d’équipe dans son ultime expression.

Au cours des quatre dernières années, le huit féminin canadien s’est affairé de façon quotidienne à trouver ce rythme à leur site d’entraînement de London, en Ontario, en préparations des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, qui auront lieu du 5 au 21 août.

Le Canada n’aura pas de bateau masculin dans l’épreuve de prédilection de la discipline à Rio, mais l’équipage avait mis la main sur l’argent, il y a quatre ans, à Londres. Sa formation s’est avérée la pièce maîtresse de la présentation de la délégation constituée de 26 membres, dont le Québécois Pascal Lussier, faite mardi par le Comité olympique canadien et Rowings Canada Aviron (RCA).

«Comme vous le savez, ce qui est particulier au sujet de ce bateau est qu’il représente l’ultime expression du travail d’équipe, a indiqué Nurse, une rameuse de 29 ans. Ça prend neuf corps et neuf esprits (avec le barreur) qui oeuvrent de concert. Il y a des raisons pour expliquer la présence de cette embarcation sur des affiches que vous voyez dans le cabinet de votre médecin ou dans une salle de classe. Elle représente l’apothéose du travail d’équipe et cet équipage est capable de grande chose quand elle est au même diapason.»

De ses 26 athlètes, 10 olympiens sont de retour, notamment six qui sont montés sur le podium lors des Jeux de Londres, en 2012. En tête de ce groupe, on trouve Lesley Thompson-Willie, barreuse du huit de pointe, qui concourra à ses huitièmes Jeux olympiques et égalisera ainsi le record de participation chez les femmes, tous sports confondus.

«Nous avons des filles très fortes, très athlétiques au sein de l’équipage, a souligné Nurse. En route vers Rio, il nous faudra peaufiner notre travail. En huit, il faut glisser sur l’eau. Nous voulons creuser l’écart avec la compétition sur chaque coup de rames. Plus le bateau est gros, plus les esprits doivent se rejoindre. C’est notre défi d’ici la course.»

Le Canada a une tradition d’excellence en aviron avec 40 médailles olympiques, ce qui lui confère le neuvième rang mondial. Il a ramené deux médailles des Jeux de Londres: l’argent en huit, chez les hommes comme chez les dames. Après les JO 2012, RCA a décidé de ne plus financer le huit masculin afin de partager le budget avec les plus petites embarcations.

En septembre dernier aux Championnats du monde d’aviron, qui ont eu lieu à Aiguebelette, en France, le Canada a obtenu la qualification de six embarcations. Le quatre de couple masculin, composé de Lussier, Julien Bahain, Will Dean et Rob Gibson, s’est qualifié comme septième et dernier bateau à la Régate de qualification olympique finale, qui s’est déroulée en mai à Lucerne, en Suisse.

Le rameur de 24 ans de Saint-Jean-sur-Richelieu se décrit comme le «p’tit nouveau» au sein de ce groupe de vétérans.

«Ces trois gars à mes côtés comptent 40 ans d’expérience, tandis que je ne rame que depuis quatre ans. Ils m’aident chaque jour à devenir un meilleur athlète, un professionnel», a-t-il indiqué.

Les Jeux olympiques de Rio se dérouleront du 5 au 21 août. La compétition d’aviron aura lieu du 6 au 14 août, au stade Lagoa. Elle comprendra huit épreuves chez les hommes et six chez les femmes.

———

La composition de l’équipe:

Skiff: Carling Zeeman

Deux de couple poids léger: Lindsay Jennerich et Patricia Obee

Deux de pointe: Nicole Hare et Jennifer Martins

Quatre de pointe: Will Crothers, Kal Langerfeld, Conlin McCabe et Tim Schrijver

Quatre de couple: Julien Bahain, Will Dean, Rob Gibson et Pascal Lussier

Quatre de couple poids léger: Brendan Hodge, Maxwell Lattimer, Nicolas Pratt et Eric Woelfl

Huit de pointe: Caileigh Filmer, Susanne Grainger, Natalie Mastracci, Cristy Nurse, Lisa Roman, Christine Roper, Lesley Thompson-Willie, Antje von Seydlitz et Lauren Wilkinson

Les substituts: Ashley Brzozowicz, Matthew Buie, Hillary Janssens et Kate Sauks

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!