Il est tout à fait justifié que les Procureurs de la Couronne du Québec réclament des meilleures conditions de travail. Force est d’admettre que les procureurs et juristes québécois, comparativement à leurs collègues canadiens, souffrent d’un écart de 40 % sur le plan salarial, un décalage auquel il faut remédier. Par contre, il serait surréaliste de penser que le gouvernement parviendra à récupérer sur-le-champ un écart qui s’est accru pendant 30 ans!

Le système judiciaire québécois vit une crise et il serait dommage qu’elle perdure encore longtemps puisque de toute évidence, l’État est limité dans sa capacité de payer. Pour le bien-être et l’intérêt public, les procureurs devront revoir leurs demandes et accepter l’offre du gouvernement, qui doit aussi garantir une certaine équité salariale à ses 500 000 autres employés de la fonction publique…    

– Sandra Marcoux, Gatineau

Aussi dans :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!