Arnaud Stopa TC Media Michel Saultry s’occupe du triage des denrées non périssables de la Maison de quartier Villeray.

Les honneurs, il les fuit. Michel Saultry, bénévole à la Maison de quartier Villeray, a pourtant dû se plier au décorum de la soirée qu’il l’a élu bénévole de l’année par l’arrondissement.

«On a amené son petit change pour qu’il y aille, s’amuse à dire Carole Therrien, agente de développement de l’organisme et coordinatrice des cuisines collectives. Michel n’aime pas être distingué. On lui a fait une petite fête le mercredi après la cérémonie, il était devenu rouge. Mais il l’a bien pris.»

L’homme aux larges épaules a commencé le bénévolat en 1993. Six ans auparavant, il devait surmonter une épreuve. «Un accident est survenu et ne me permettait plus de travailler. Au moindre effort physique, je perds des litres de sueur», explique-t-il d’une voix rauque qui casse assez vite le silence d’une salle.

«J’aime rendre service au monde, je m’entends bien avec les gens en général. Et puis ça me fait sortir de chez moi. Je sais que le mercredi, je dois être présent à la Maison», continue celui qui est pourtant de nature taciturne et discrète.

Au point de ne pas avoir de téléphone. «J’en avais un à un moment, mais sur les factures, c’était 5 minutes un mois, 7 minutes l’autre. Je n’en avais pas besoin et je fais autrement.»

Un manquement aux habitudes du XXIe qui n’empêche en rien a à la fiabilité de la personne.

«C’est un soutien important. On sait qu’il sera là chaque semaine. Et dès qu’on lui demande de venir ou qu‘on lui donne un truc à faire, il nous dit “ok”. Et on sait que ça sera fait.»
Carole Therrien, agente de développement, à la Maison de quartier Villeray.

Cuisine

À la maison de quartier Villeray, Michel Saultry a commencé par faire la livraison des denrées alimentaires de Moisson Montréal à l’organisme avant de passer dans les cuisines, où il a été responsable d’un groupe. Aujourd’hui, il est au triage des dons non périssables.

Une occupation qu’il prend à cœur. «Je ne me lasse pas, avoue l’ancien préposé aux bénéficiaires. Chaque matin, je découvre de nouvelles marchandises. Ce matin, c’était des couches pour bébés, hier c’était autre chose.»

Aujourd’hui il est moins présent à la Maison, en raison de sa volonté de s’occuper un peu plus de sa famille. Mais Michel Saultry souhaite toutefois continuer à participer à la vie de l’organisme qui chapeaute des cuisines collectives, lui qui trouve que les défis de la sécurité alimentaire sont plus que jamais d’actualité.

«Dans 20 ans, j’aurai 75 ans, je ne suis pas sûr d’arriver jusque-là. Certains matins, j’ai l’impression d’en avoir 95. Mais tant que mon corps et mon esprit me le permettent, je continuerai à aider les personnes.»

Aussi dans Uncategorized :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!